Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par BALCHOY

Rien d'étonnant à ce que tant de penseurs s'acharnent à nier la responsabilité individuelle. C'est la conséquence inévitable de la négation ou de la minimisation du choix essentiel à toute volonté. (1)

-----------------------------------------
(1) Cf. à ce propos l'analyse de la "Légende du Grand Inquisiteur", en cette étude, page
-------------------------------------------

Voilà pourquoi il importe tant aux yeux de Dostoïevski de préserver intacte en chaque personne la libre volonté, qui est à ses yeux l'équivalent de notre "libre arbitre", ainsi que de notre "liberté de conscience" ;  on ne peut en effet la dissocier de l'authentique liberté. A vrai dire,  nos expressions : "liberté de choix" et surtout "libre arbitre" risquent de nous égarer. Contrairement en effet à ce quelle expriment littéralement, la libre volonté ne choisit pas : elle "veut" tout simplement ; au-delà de toute motivation, elle adhère ou refuse, puis tente de se justifier.

C'est au regard de l'acte effectué que l'on constate qu'il y a choix effectué, en ce sens que tout acte de volition est nécessairement, du fait de la dissociation possible au sein du moi de l'être brut et de la valeur, exclusion ou adoption. En gros, ce choix se pose à deux plans différents : possibilité d'affirmation ou de négation d'abord, distinction des plans ontologique ( être) et axiologique (valeur) ensuite. Ainsi il est possible de consentir à un ordre sans se soumettre pour autant à l'autre : on peut admirer la valeur d'une réalité sans adhérer à sa vérité et vice versa.  (2)

--------------------------------------------------
(2) Cf. le cas de Nicolas Stravoguine ; en cette étude, page
--------------------------------------------------

En tout cas, ce choix constaté n'est pas fortuit ; il est bien imputable à la volonté, puisque accompli sous sa seule pression. Cette primauté de la préférence spontanée sur le choix raisonné apparaît bien à la lueur de certaines réflexions de Stavroguine ou de "l'Adolescent". Une possibilité réelle  y semble pratiquement annihilée par une volonté vicieuse.

     -"Je puis écarter l'image de la petite fille quand je voudrai. Je reste maître de ma volonté, mais je n'ai jamais voulu et je ne le voudrai jamais." (3)

"ETRE LIBRE CE N'EST PAS CHOISIR A TOUT VENT, C'EST ETRE SOI-MEME (LA LIBERTE DANS L'OEUVRE DE DOSTOÏEVSKI - 95)

(à suivre)

Yvan Balchoy
yvanbalchoy13@gmail.com
http://poete-action.ultim-blog.com
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article