Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

 Enfin Dostoïevski n'hésite pas à donner la priorité absolue à cette volonté, puisqu'il l'identifie parfois au "moi" concret,  distinct évidemment de cette personnalité idéale qui constitue l'aboutissement d'un long effort (1)

-----------------------------------------
(1) Cf. cette étude, page,
------------------------------------------

L'union étroite qui existe entre volonté et personnalité explique l'importance que l'écrivain apporte à la notion de responsabilité. Dostoïevski voyait dans la possibilité de se poser la question : "Suis-je responsable ?",  la preuve évidente de cette responsabilité. (2)

-----------------------------------------------
(2) "Les démons", page 738
------------------------------------------------

A partir de ces considérations essayons de synthétiser la pensée de notre écrivain.

Le "moi"  humain ne jouissant pas d'un pouvoir réellement créateur, est nécessairement interpellé par les réalités appartenant à l'ordre de l'être et de la raison (RASSOUDOK). Il ne peut ni s'y identifier, ni les modifier réellement - c'est là le privilège de Dieu ), mais il jouit toutefois d'une certaine indépendance en son ordre, puisqu'il peut les refuser.Sans être effectivement créateur des valeurs affectives et morales, l'homme est responsable tout au moins de leur appréhension. Son autonomie est favorisée par la dualité de la vision de la conscience humaine qui appréhende la réalité totale à la fois par l'intelligence (OUM) et par la conscience morale (SOVEST). Elle est donc à même de séparer la recherche de la vérité de l'être brut de l'ouverture au monde des valeurs.

On peut être un grand savant sans être un saint ni un artiste? On pourrait rapprocher ici la pensée de Dostoïevski de celle de Ricoeur et de Max Shéler. La découverte des valeurs ne peut résulter que d'un engagement actif à leur service. On ne voit pas les valeurs comme on voit les choses.

Il y a une différence essentielle entre la saisie de la vérité du Bien et celle d ela chose. L'attention que requiert la seconde ne met en jeu que le pur entendement (RASSOUDOK) émondé de passion; L'attention qu'exige la première stabilise au contraire l'être total.


(à suivre)

Yvan Balchoy
yanbalchoy13@gmail.com
http://poete-action.ultim-blog.com




Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article