Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par BALCHOY

 

 

Entre l’essence et la volonté de Dieu, il n’existe aucun décalage. Par ailleurs les valeurs intelligibles ou affectives, dissociables en un esprit fini, sont consécutives à la Sagesse et à la Volonté divine.

Envisagé à son point de vue, l’univers ne pose pas de problème à Dieu, puisque c’est précisément lui qui le pose dans l’Être. (1)

 

(1)   Le problème diffère évidemment si l’on parle du Dieu-fait-homme, Jésus Christ qui voit le monde à travers sa conscience humaine et est confronté intérieurement au problème du mal.

 

La conscience divine ne connaît rien de cette tension intime que nous fait découvrir l’analyse de la psychologie humaine. Aucun conflit entre le « moi spontané » et le « moi réfléchi » en Celui qui est « Harmonie totale » et donc parfaitement UN : unité complexe cependant que la sienne, puisque Tripersonnelle. Elle se fonde en une même essence. La pluralité personnelle au sein de Dieu n’a jamais été considérée dans la véritable Christianisme comme une source possible de conflits ; bien au contraire, on y a souvent vu une preuve de la surabondance personnelle en Dieu dont la nature unique s’épanouit en trois sujets.

 

Il a été question plus haut (2) de l’unification des deux « MOI » humains au fur et à mesure que s’affirme la personnalité.

 

(2)   Cf. cette étude page…

 

Cette symbiose, qui n’est que partiellement réalisable ici-bas, semble contredire la constatation précédente ; elle s’explique pourtant par la même harmonie, inaccessible autrement à un être intrinsèquement divisé. Les « MOI » divins, Père, Fils et Esprit sont à la fois réfléchis et spontanés, compréhensifs et expressifs, saisie et création. Ils se connaissent et s’aiment parfaitement en une opération unique dans le calme d’une conscience infinie à laquelle ne résiste aucun « mur ». Toute diversité susceptible d’enregistrer un conflit s’apaise dans l’unidiversité commune aux trois Personnes.

 

Il va sans dire que l’Amour, perfection de l’être, est la force qui cimente les trois sujets divins. Parce qu’être parfait, Dieu est non seulement Amour mais l’Amour ; puisqu’Il est l’Amour, Dieu est Liberté.

 

 

Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http;//poete-action.ultim-blog.com

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article