Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

 

 

d) DIEU EST LA LIBERTE SUPRÊME

 

Synthèse de tout existant et de tout l’univers à ses différents « niveaux » mais aussi « Vie éternelle » dans l’autodétermination la plus radicale ; Dieu réalise en plénitude l’essence de la LIBERTE. « Partout où Dieu se trouve, c’est la toute première place. » (1)

 

(1)   « Carnets des Frères Karamazov », page 1001. Cf. également la note () en cette étude, page…

 

Se déterminant totalement, Dieu seul peut se « dire » statiquement et dynamiquement libre et affirmer « Je suis celui que je suis. » (2)

 

(2)   C’est si vrai que les autres êtres personnels ne sont libres que dans la mesure, toujours relative, où ils participent à la vie divine, « étant à son image et à sa ressemblance. »

 

 

 

Puisqu’il est essentiellement « VIE », Dieu est pleinement Lui-même en sa « nature » comme dans son « agir ». Il ne peut devenir rien ni personne d’autre que ce qu’Il est, car en lui-même règne la plénitude de l’existence. Cette affirmation peut s’inverser car les extrêmes s’unissent en son essence infinie. Dieu n’est jamais rien d’autre que ce qu’Il devient et veut devenir. En lui, nul besoin d’idéal, puisqu’il est son but.

 

Que peut bien être cette mystérieuse liberté divine en laquelle se concilie une nature réellement infinie avec une volonté sans limite ?

 

Une première constatation s’impose. L’unification de ces deux plans de la Personne, que nous avons distingués plus haut lors de l’étude des données anthropologiques, rend inutile tout choix délibératif.

 

Ceci ne signifie pas que ce qui est, n’aurait pu être autrement, si Dieu l’avait voulu, car en ce cas une nécessité absolue présiderait à toute existence, idée insupportable à notre auteur. Ce n’est cependant qu’à notre point de vue que le terme « choix » se justifie. Il évoque en effet en notre esprit l’idée de comparaison entre plusieurs valeurs, qui exercent sur nous une sorte d’attraction.

 

Tout autonome qu’elle soit, notre libre volonté est extérieurement conditionnée, puisqu’elle n’est pas réellement créatrice.

 

Dieu se contente de vouloir et rien n’existe que ce qu’Il veut, comme Il le veut.

 

     -« Si Dieu est, toute la volonté lui appartient et, hors de sa volonté, je ne sais vivre. » (3)

 

-------------------------------------------------------------------------

 

(3) « Les Démons », page 646. L’athéisme de Jean Paul Sartre n’est-il pas déjà contenu tout entier en cette citation, où apparaît le génie prophétique de Dostoïevski.

-------------------------------------------------------------------

 

 

Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http;//poete-action.ultim-blog.com

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article