Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

 

3 EME PARTIE :LE GRAND ENJEU :

DIEU OU LE NEANT

 

 

En guise d'introduction :

 

 

Au terme de cette seconde section, nous voici acculés, en vertu même de la logique de notre étude, à la prolonger.

Bien sûr, l'étude du vocabulaire dostoïevskien nous a forcé à écarter une interprétation purement matérialiste, puisque l'écrivain s'y affirme comme pneumatologue.

 

Mais l'humanisme spiritualiste, auquel nous nous sommes cantonnés volontairement, aboutit lui-aussi à une sorte d'impasse, sans la foi en une transcendance qui vient affirmer la prétention de l'homme à être plus qu'un écrou ou un pion promis à tous les conditionnements.

 

Il est vrai qu’une citation peut attirer notre attention : « Le cœur humain est un champ de bataille entre le diable et Dieu (1) Ce texte de jeunesse démontre que le romancier a très vite saisi, plus intuitivement que réflexivement peut-être, les limites d’une vision de l’homme qui prétendrait aboutir au spirituel sans la Foi, comme si Dieu était nécessaire pour élaborer une anthropologie qui intègre les valeurs qui font le prix de la vie, c.à.d. aux yeux du romancier la

 

« Les Frères Karamazov », page 117

 

 liberté, le cœur, le désir, l’amour…

 

En négligeant cette Foi, Hegel ne pouvait aboutir qu’à une vision matérialiste que Marx et Feuerbach n’ont eu aucune peine à recueillir. Le rejet de la Foi implique non seulement la négation de Dieu mais aussi celle de la vérité de l’homme.

 

Cela, Dostoïevski ne l’a pas découvert d’un coup. Ses recherches intuitives de jeunesse ne pouvaient parler de l’âme humaine qu’avec myopie. Il a compris peu à peu que seule la Révélation nous dit ce qu’est l’âme de l’homme. Ceux qui suivent la seule voie de la raison ignoreront toujours la dernière vérité de l’homme, car l’homme n’existe pas vraiment sans Dieu, pas n’importe quelle dieu mais celui de l’Alliance qui nous révèle le sens de notre condition humaine. Ce n’est qu’en partant de cette base qu’on peut comprendre la vie humaine en sa plénitude.

 

 

Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article