Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

 

 

La liberté authentique consiste à rester maître de soi en toutes circonstances et à vaincre l’égocentrisme naturel « en enfouissant pas ses trésors, mais en distribuant ses biens aux pauvres et en allant servir ses frères. » (1)

  ---------------------------------------------------

« Journal d’un écrivain », fév. 1877, page 474

  ----------------------------------------------

La véritable égalité ne réside pas dans cette envie jalouse ou cette vanité étalée qui triomphent en Occident. Elle n’est pas non plus un nivellement par le bas ni un esclavage universel. (2)

  ---------------------------------------------------------

Cf. cette allusion à une société de type « Chigalienne » où socialistes et jésuites s’unissent sur une conception de l’égalité sociale. « On arrivera à ça sans aucun doute et c’est l’idée suprême. Le despotisme est indispensable = privilèges à certains pour que tous les autres vivent dans l’égalité. Pour cela, on pourrait même ressusciter le Pape et lui donner le monde. Je le pensais, c’est ce que je cherchais à obtenir, le Catholicisme. Et tous les autres seront ses esclaves mais égaux entre eux et libres et tous s’espionneront mutuellement et se dénonceront les uns les autres. » « Carnets des Démons, page 1038

  -----------------------------------------------------------------

 

Tout au contraire l’égalité exige que le regard porté sur autrui soit de prime abord admiratif sans succomber cependant à cette sorte de masochisme qui revient à se noircir délibérément. L’égalité chrétienne pousse les hommes à travailler mutuellement à leur enrichissement. Grâce à elle, un jour, pourra se réaliser la fraternité universelle qui ne se réduit pas à une question d’ordre économique, mais découle toujours de la plénitude d’une vie joyeuse informée par l’amour. (3)  Comment venir à bout d’un tel programme ? Certainement pas

------------------------------------------------------------------------------------------------------- 

(3) « Journal d’un écrivain », fév. 1877, page 474.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------- 

Sous la contrainte, ni même malgré soi, car seul ce qui procède de l’amour et est guidé par le souci de la Vérité vivante peut aboutir à un résultat valable et durable :

 

     -« L’essentiel n’est pas affaire de lettre, mais de forme ; ce qui importe, c’est d’être résolu à être aussi charitable que possible, de faire loyalement tout ce qu’il sera possible de faire;

La sincérité vaut cent fois plus que la « simplicité forcée. (4) Quiconque cherche sincèrement la Vérité est déjà par cela même armé d’une force terrible, mais il faut y joindre l’Amour, dont on ne peut se passer et qui porte en lui sa récompense."(5)

 

  ------------------------------------------------------------------

(4) Il semble bien que Dostoïevski vise ici Léon Tolstoï et sa volonté de vivre en moujik, en laquelle il ne voit qu’un déguisement malhonnête à l’égard du peuple »

      (5) « Journal d’un écrivain », fév. 1877, page 473.

-------------------------------------------------

 

 

 

 

Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article