Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

 

 

Plus un peuple a le souci de mettre en valeur son « idée », moins il est susceptible de trahir son sentiment original, moins il a propension à interpréter faussement ses idées, plus il est puissant, fort et heureux (1)
-----------------------------------
(1) « Journal d’un écrivain », 1873, page 115
----------------------------------------------
Dostoïevski s’explique en donnant quelques exemples suggestifs de cette vocation populaire :

     -« Impossible de lutter contre les faits. Les juifs n’ont vécu que pour atteindre le vrai Dieu et ils ont légué au monde le vrai Dieu. Les grecs ont divinisé la nature et ont légué au monde leur religion, c'est-à-dire la philosophie et la science. Rome a divinisé le peuple dans l’Etat et a légué aux peuples l’idée de l’état. (2)
------------------------------------------------------
(2) »Les Démons », page 266 ; de même Khomiakov : « Un peuple (Israël) unique au monde a vécu d’une seule idée et pour une seule idée… Dieu lui a confié pour toute l’humanité la mission de garder Dieu et l’unité de Dieu : Khomiakov, « œuvres complètes », tome III, page 348-349. Cf. A GLORIEUX, ouvrage cité, tome II, page 20
-----------------------------------------------------------
Ces diverses vocations ne sont pas à mettre sur le même pied, elles se hiérarchisent selon l’importance vitale que revêt au regard de l’idéal final l’idée qu’ils véhiculent en eux. (3)
----------------------------------------------------------------
(3) "La croyance que c'est vous qui aurez la volonté et le pouvoir de dire au monde la parole suprême, vous qui le renouvellerez à la fin par la surabondance de vos forces vitales, de votre amour, du désir que vous aurez de vous rendre utiles à l'humanité? - cette croyance est le gage pour un peuple d'une vie absolument supérieure, c'est par elle uniquement que les peuples se rendront utiles à l'humanité dans la mesure fixée par le destin, lui transmettront cette part de forces vitales que  la nature elle-même, en les créant, a prescrit de leguer en héritage à l'humanité future." : "Journal d'un écrivain", janv. 1877, page 438.

---------------------------------------------------------------------------

 

 

 

 

Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article