Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par BALCHOY

 

 

 

Incapables de s’unir à toute l’humanité, les hommes s’isolent en couple afin de réaliser au moins sous cette forme la fusion totale qui, à la fin, devra survenir entre tous.

 

Rien de plus respectable et même de plus nécessaire, au temps présent, que cette loi naturelle. Mais cette même nature oblige à renier tout autant la famille, au nom de l’idéal final qui la rendra un jour inutile. Lorsque ce but sera réalisé par la succession des générations, la société familiale, devenue caduque sera dissoute.

 

C’est qu’au regard de l’idéal final, le mariage et la convoitise sont un état égoïste dans toute l’acception du terme et donc une étape à dépasser. Tout cela explique pourquoi l’amour fraternel lui a toujours paru la relation concrète la plus unifiante et la plus désirable peut-être entre les hommes. (1)

 --------------------------------------------

(1)   Pour Khomiakov, l’amour est cette loi suprême qui doit définir toutes les relations de l’homme à l’homme en général ou de l’individu raisonnable à toute son espèce. Le peuple orthodoxe étend à tous les hommes le concept de fraternité et jusque dans la vie sociale ; il voudrait voir cette organisation familiale élargie, dans laquelle le tsar sera le père (batiouchka) et tous les hommes, des frères. » Cf. A. Gratieux : loc.cit., tome II page 179, citant les œuvres complètes de Khomiakov, tome III, page 249.

-------------------------------------------


 

Aussi les personnages de Dostoïevski ne visent pas seulement une forme nouvelle de société, mais aspirent à la fraternité universelle. (2)

-----------------------------------------------

(2) « L’auteur (Dostoïevski) sait que l’homme à l’âme ardente, qui erre est bien plus près de l’homme vrai que l’homme intérieur, le frère… ; l’homme éternel et nu s’est reconnu en ceux-ci, le mystère de la réconciliation générale dans la connaissance fraternelle, ce chant orphique des âmes est le lyrisme de l’œuvre obscure de Dostoïevski. » Stéphan Zweig : « Trois   maîtres, Dostoïevski, Balzac et Dickens » traduit par H. Bloch et A. Hella. Paris 1949, page 90-91.

-----------------------------------------------------

 

( à suivre) 

 

 

 

  Yvan Balchoy

  yvanbalchoy13@gmail.com

         http://poete-action.ultim-blog.com

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article