Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY


 

Ainsi la voie de l'auto-affirmation conduit à l'impasse ; Stavroguine a beau se prétendre capable de vivre le renoncement monastique malgré sa sensibilité bestiale, il doit reconnaître qu'il ne le veut pas réellement et même ne le voudra jamais. Peut-on encore parler de liberté de choix ? En théorie peut-être, mais la libre volonté paraît chez lui à ce point compromise qu'on peut en douter ; ce qui demeure est surtout l'illusion d'une liberté perdue.


La faute en est à ce maudit orgeuil qui l'empêche d'assumer en sa conscience les deux plans ontologiques statique et dynamique de son être en les "harmonisant" dans le "moi réfléchi".


Incapable dès lors d'accéder à la maîtrise de soi et partant à être lui-même, il reste enfermé dans sa contradiction intérieure et est incapable d'accéder à cette libération que procure l'ouverture à autrui.


A ce mal souvent mortel, il n'est qu'un antidote : subsister à l'orgueil démoniaque l'humilité chrétienne, en d'autres termes renier son pseudo-idéal de divinisation de la volonté et se tourner humblement vers le Dieu vivant.

Tikhone tente d'en persuader Stavroguine :


---     -" Vous avez soif de souffrance et de sacrifice. Et bien, surmontez aussi ce désir : laissez ces feuillets, renoncez à votre dessein (2) et alors vous surmonterez tout, vous écraserez votre orgueil, vous écraserez votre démon. Vous triompherez. Vous atteindrez à la liberté." (2)


----------------------------------------------------------------

(2) Il s'agit de la publication de sa confession interprétée par Tikhone comme un signe d'orgueil et de mépris envers autrui. ("Les démons", page 748)

-----------------------------------------------------------------


La vraie liberté ne se laisse découvrir que par l'humilité. Elle est un de ses fruits les plus immédiats.

 

 

(à suivre)


Yvan Balchoy
yvanbalchoy13@gmail.com
http://poete-action.ultim-blo
g.com
  

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article