Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY


La volonté peut ne reconnaître d'autre motif d'agir que sa fantaisie débridée, se dresser au-dessus de toute réalité étrangère et ainsi rejeter la hiérarchie des valeurs.

Cette attitude, qui lui est imputable, est la racine dernière de l'orgueil.

Elle rend impossible au vouloir arbitraire de s'élever jusqu'à l'harmonie du "moi" personnel et réfléchi puisque l'orgeuilleux crée un conflit permanent entre ce qu'il "veut être" et ce qu'il "est" en vertu de sa nature. (priroda)

La seule voie qui puisse conduire à cette harmonie totale découle de l'attitude opposée, racine de l'humilité, sur laquelle, on le sait, Dostoïevski insistait tant.

La volonté se tourne vers cette nature et cet être. Ainsi se réalise graduellement l'harmonie progressive des deux "moi", signe de la vraie liberté.

Le "moi spontané" au début tout puissant s'efface peu à peu de lui-même devant le moi réfléchi.

Toute différence s'atténue entre eux. Nous verrons plus loin dans le détail comment s'effectue cette croissance dans la pleine liberté. En suivant les impulsions que lui dicte le "moi conscient", la volonté contribue à mener la personne à la parfaite maîtrise de soi.

La liberté authentique exige donc de l'homme qu'il soit soi-même, c'est à dire maître de soi et de sa volonté, grâce à cette même volonté.

En s'autodéterminant pour la voie de l'humble soumission à Dieu, à sa propre nature et à la réalité totale, celle-ci favorise l'éclosion et l'épanouissement du "moi" personnel et libre.


(à suivre)


Yvan Balchoy
yvanbalchoy13@gmail.com
http://poete-action.ultim-blog.com
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

JeanPhi 13/03/2010 10:58


Je vous signale que j'ai vu sur alainzannini.com que le Magazine Littéraire
n’est même pas capable de faire la distinction entre le visage de Fédor Dostoïevski et celui de son frère, Michel, et tout ça dans un numéro spécial Dostoïevski !

Quand on voit que ces gens détiennent et représentent « l’information littéraire » en France, on a très peur ! Sans parler du contenu des articles qui est souvent effrayant, comment voulez-vous
qu’en laissant passer de telles erreurs, les gens puissent s’informer correctement ?!

Pas étonnant que la littérature soit en perte de vitesse dans ce pays...