Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par BALCHOY

Dans « Les Frères Karamazov », une dame voulant exprimer son désir d’aider les autres s’exclame : « Peut-être serais-je monter au Calvaire ? ».

 

Enfin Dimitri et Aliocha conversent gravement de la croix que Dimitri innocent est appelé à porter par sa condamnation. (4

----------------------------------------------------------------------------

(4) Cf. « Les Frères Karamazov, page 625 et leurs « Carnets », page 792, 797, 807. Rappelons l'échange des croix, raconté par Dostoïevski dans l'Idiot (page 268) mais que le romancier vécut personnellement en 1865, en achetant la croix d'un soldat ivre

-------------------------------------------------------------

Si la Croix a une telle place en son cœur, c’est parce qu’il y voit l’expression de l’amour suprême et du sacrifice total à autrui.

 

L’Amour extraordinaire manifesté par le Christ, lorsqu’Il est monté sur la croix est la preuve manifeste que l’homme peut faire éclater les barrières de l’égoïsme qui souvent l’enferment en lui-même.

 

La souffrance a une valeur purificatrice extraordinaire. Qu’elle soit le fait d’un innocent et de quel innocent, le propre Verbe de Dieu fait homme, c’est un vrai miracle ! Une telle souffrance, contrairement à la nôtre, est toute entière tournée vers les autres et le salut d’autrui. On y puise la certitude que l’amour de l’autre pour lui-même est possible et réalisable à la suite du Christ.

 

La mission du Christ, pourrait-on dire, gravite autour de deux pôles, l’Incarnation et la Croix.

 

La première réalise une union physique entre Dieu et l’homme et transforme ainsi la vie humaine.

 

La seconde manifeste la profondeur de cette transformation. Incarnation et Croix ne sont cependant que des éléments différents d’un même Salut inauguré à l’Annonciation et pleinement manifesté au Golgotha.

 

Quant à la Résurrection, elle est supposée partout puisque le Christ est aujourd’hui un idéal vivant ; le romancier ne l’a pas figuré directement, encore qu’il ait souligné son importance dans le récit de la résurrection de Lazare ; de même il a rendu négativement le caractère essentiel de la Pâque chrétienne en décrivant le scandale de la soumission du Maître de la vie aux maudites lois de la nature, lors de sa mort sur la croix.

 

 

 

 

 

 

Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article