Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par BALCHOY

     

 

Le Christ est donc l’idéal humain « réalisé ». A sa personne est attachée une conception si élevée de l’homme « qu’il est impossible de penser que ce ne soit pas à jamais l’idéal de l’homme. » (1)

 

(1)   Cf. cette étude, page… Cette vision apologétique est belle mais un peu facile peut-être. Karl Barth y répond indirectement : « Chaque parole du témoignage biblique à son sujet (du Christ) le lie si étroitement à nous et le distingue en même temps si nettement de nous, qu’elle nous interdit dès lors toute velléité de le considérer à partir de nos propres normes, soit pour en faire un « cas idéal » soit pour y voir une « idée » incarnant les possibilités ou les réalités  humaines. » (Dogmatique, tome VI, page 149)

 

Le Verbe de Dieu n’a pas en effet assumé une nature humaine quelconque ; en lui, l’idée divine de l’homme est devenue « chair ». Personne n’a été plus homme que Jésus-Christ. Idéal d’aujourd’hui, comme des générations passées, Jésus ne cessera de l’être, tant que l’homme demeurera l’homme :

 

      -« Le Christ est l’idéal de toujours… le grand et définitif idéal de l’évolution de l’humanité, qui nous est apparu en chair, l’idéal final qui est le but de l’homme. (2)

 

(2)   « Carnet de Macha » page 62 Ce texte sans doute subit l’influence de l’idéalisme philosophique plutôt que celle de la Révélation. Cf. cette étude, page

 

Peut-on prolonger Dostoïevski ici sans le trahir ? Sans doute l’histoire du Christ qu’il projetait aurait-elle développé le caractère idéal de la personne de l’Homme-Dieu. Malheureusement cet ouvrage n’a jamais vu le jour et nous sommes bien forcés de l’imaginer à partir des éléments dont nous disposons.

 

Dans la perspective Christologique, qui est la sienne, on comprend aisément pourquoi l’Incarnation est l’évènement capital de l’histoire de l’humanité. En un sens pourtant, le caractère idéal du Fils de l’homme est antérieur à son existence terrestre. Dès l’origine, l’homme fut créé à l’image de Dieu donc selon cet idéal qu’allait incarner Jésus. L’idée du Christ en tant qu’homme parfait préexistant en Dieu. Incapables de se la représenter, les premiers hommes y aspiraient inconsciemment puisque l’idéal est lié indissolublement à la nature humaine. Non que Jésus, comme tel, soit préexistant, mais son image, son « icône » était en Dieu qui s’en servit, pourrait-on dire, comme modèle, lorsqu’il créa l’homme. (3)

 

(3)   L’idée de Dostoïevski est bien dans la ligne des Pères orientaux, un Isaac le Syrien, un Méthode d’Olymte qui écrit que « Le Verbe est descendu en Adam avant les siècles. Cf. Paul Evdokimov : « l’Orthodoxie », page 61-62

 

 

 

 

 

Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article