Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

 

 

 

Après avoir examiné l’ensemble du « système slavophile », le prince, entendez bien Dostoïevski, en vient à ce qu’il nomme la « question essentielle » : « Est-ce possible de croire ? Y-a-t-il quelqu’un qui croie parmi les panslaves et les slavophiles ? Si en effet, c’est impossible, à quoi bon échafauder de grandes théories ? L’athéisme occidental devient alors la solution normale. (1)

Mieux vaut se joindre aux révolutionnaires nihilistes et « tout brûler ».

 

(1)   Nous paraphrasons ici en le commentant le dialogue entre le Prince et Chatov extrait des Carnets des Démons, page 951-952. Dans l’édition définitive, il est fait allusion à cette conversation qui ne dépassa pas les Carnets page 262. « Cette phrase, dit Chatov, est de vous, elle ne m’appartient pas. Ce sont vos propres paroles et non, comme vous le dites, la conclusion de notre entretien. Il n’y eut pas d’entretien entre nous : il y avait un maître qui proclamait des choses immenses et il y avait un élève qui « ressuscitait » les morts. L’élève, c’était moi et vous étiez le maître. »

 

La plupart des gens échappent à ce dilemme tragique en considérant la question comme oiseuse et en lui préférant la « philosophie de la bonne digestion ». Mais Dostoïevski repousse avec mépris cette populace et ces « insectes » tout juste bons à servir de combustible pour la future révolution. Qu’ils soient les plus nombreux ne change rien à l’affaire car leur vie n’a pas de sens.  Lui, en revanche, ne craint pas de faire front à la seule question vraiment impérieuse :

 

     -« Peut-on croire, étant civilisé, c'est-à-dire européen (SIC !), c'est-à-dire croire absolument en la Divinité du Fils de Dieu, Jésus-Christ, car toute la foi consiste précisément en cela. »  (2)

 

(2)   Les Carnets des Frères Karamazov », page 951

 

A cette interrogation, la civilisation répond « NON ». Renan en particulier dans son œuvre impie : « La vie de Jésus » (3) s’est fait l’interprète de ce refus.

 

(3)   L’adjectif est du romancier.

 

En écartant le sens traditionnel de la Foi chrétienne, les pays européens se sont voués à l’athéisme. Les tenants du scientisme de droite y affirment que rien n’empêche de vénérer le Christ comme un idéal de perfection et de beauté morale tout en rejetant sa divinité. (4)

 

(4)   « Carnets des Démons », page 897.

 

 C’est là, note-t-il, « l’aboutissement du Luthéranisme qui en vient à considérer le Christ comme un simple homme et un philosophe bienfaisant. (5)

 

(5)   « Carnet des Démons », page 952

----------------------------------------------------

 

 

 

 

 

Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article