Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

 

 

C’est vers l’Homme-Dieu que convergent toutes les valeurs inclues en ce grand Corps. (1) L’histoire de l’humanité, comme celle de chaque homme, n’est qu’évolution, lutte et aspiration vers Lui « pour constituer cet Homme parfait dans la force de l’âge qui réalisera la plénitude du Christ » dans l’universelle harmonie du paradis. (2)

 

(1)   Cf. cette étude page…

(2)    « Carnet de Macha », page 61 et Ephésiens IV, 13

 

La merveilleuse nature synthétique du Christ n’est étrangère à aucune perfection humaine. L’idéalisme incarné par lui n’a rien d’abstrait car aucune personnalité n’est plus positif ive et concrète que la sienne. L’universalité de l’idéal-Christ éclatera au grand jour lorsque « l’humanité configurée à son idéal » entrera dans la composition de la « Personne finale », c'est-à-dire vivra dans le paradis Christique. (3) L’unité finale ne se fera pourtant pas dans la confusion ; nous demeurerons des personnes et Jésus restera l’idéal ; l’humanité regroupée reflétera son idéal à un tel point qu’elle vivra en harmonie totale avec Lui en Lui. (4)

 

(3)   « Carnet de Macha, page 61

(4)    A. KOYRE note à propos de Tchaadaëv des idées fort proches de Fédor Mikhaïlovtich. « C’est ainsi que sans attenter à la liberté humaine, sans paralyser aucune des forces de sa nature, mais au contraire en l’enrichissant et en exaltant jusqu’à l’infini tout ce qu’elle possède de puissance propre, la pensée révélée emporte tout  avec elle et se faisant tout en tous, utilise toutes les particularités individuelles, organise, unifie et fait battre pour une seule idée les cœurs diversement constitués. C’est ainsi, que loin de réduire l’humanité à une uniformité factice et artificielle, l’unité du principe chrétien s’exprime et se révèle dans la richesse toujours croissante des formes de civilisation et de vie spirituelle, dans l’épanouissement indéfini de la nature humaine, individuelle et sociale. » page 26

 

Il ne semble pas exagéré de dire que pour Dostoïevski chaque créature et plus spécialement chaque personne humaine a pour vocation d’incarner un aspect fini de cette perfection absolue de Jésus que l’humanité entière, en ses successives générations, reflète en un ensemble synthétique. Evidemment, jamais elle ne pourra coïncider ici-bas avec cet idéal. Celui-ci est un horizon vers lequel il faut tendre sans cesse, tout en le sachant situé à l’infini.

 

 

 

Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

www.poete-action.ultim-blog.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article