Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par BALCHOY

Les pigeons sont très à la mode.

 

Je ne vous parlerai pas de ceux qui à la RTBF nous découvrent chaque jours les arnaques qui nous menacent. Ceux-là sont des pigeons utiles et je n’ai pas oublié leur périple en kayac au profit d’enfants handicapés. J’espère qu’ils continueront longtemps à nous ouvrir les yeux.

 

Mais tous ceux qui se proclament pigeons ne sont pas comme ces journalistes sympas

En France, des chefs d’entreprises de diverse importance se sont émus parce qu’enfin le nouveau gouvernement de la France contrairement au précédent qui ne cessait de les couvrir de privilèges immérités a décidé que tous les revenus y compris ceux du capital seraient également taxés.

En France les plus-values  mobilières ou immobilières sont taxées ce qui me semble normal.  Dorénavant, les chefs d’entreprises, comme par exemple ce fondateur d’entreprises comme "Price Minister" ou un club de rencontres célèbre,"Meetic", qui revendent une société qu’ils ont fondées seraient taxés en fonctionde la plus-value de l’opération comme celui qui revend une villa de vacance. Les voilà scandalisés d’être ramenés au sort commun des autres français comme si leur situation de chef d’entreprise leur accordait d’office des privilèges spécifiques.

 

Oh je sais bien que ces avantages sont moins importants que ceux des chefs d’entreprises dans mon pays, la Belgique,  sous l’influence délétère et scandaleuse des libéraux du nord et du sud du pays.

En effet des milliardaires en euros réussissent parfois à ne rien payer en impôt, à fortiori quand ils revendent leur société.

Mais quand je pense en France à ces milliers de travailleurs qui sont mis en chômage par une Direction perçoit des bénéfices parfois gigantesques, je comprend leur indignation et je regrette que le gouvernement de Monsieur Hollande se soit dit prêt à reculer sous la pression d’un lobby de privilégiés et de profiteurs alors que tant de Français vivent de plus en plus difficilement.

 

Si on croit ces dirigeants qui se disent pigeons mais sont en réalité souvent des vautours assoiffés de fric, ils vont être ruinés. Oui, peut-être beaucoup d'entre eux ne  pourront  plus qu'un peu moins souvent qu’avant  acheter des baraques fabuleuses,  prendre l’avion pour aller visiter Tokyo ou  les Maldives.

A l’injuste MEDEF et ses divers associés un certain nombre de médecins menacés de perdre leurs accréditions à la Sécurité sociale en cas de dépassement d’honoraire indélicats se sont associés à cette campagne de refus d’une solidarité accrue avec les moins bien nantis.

Un exemple tout récent qui me touche de près. Pour une intervention en clinique privée excellente par ailleurs  qui, de l’avis même du praticien dure un quart d’heures, vingt minutes, la rémunération du chirurgien octroyée par la Sécurité Sociale revient à 600 euros auquel s’ajoute un dépassement de 600 euros.

L’anesthésiste suit bien entendu le même petit arrangement qui, pas plus que celui du chirurgien, ne me parait pas pouvoir être qualifié d'action  « tact » comme figuré dans la présentation de son intervention.

Si on continue à accorder à tour de bras de médecins en secteur 2 (honoraires libres) sans imposer à une région un nombre suffisant de médecins de secteur 1 ou à tout le moins pour chaque médecin à honoraires libres l’obligation de consacrer un certain nombre d’heures à soigner au tarif du secteur 1,  on en viendra vite au désert médical pour ceux qui ne peuvent accepter des tarifs comme ceux que je viens de mentionner qui ne sont possibles qu’avec une bonne mutuelle qui coute de plus en plus cher.

C’est la porte ouverte à une médecine à deux vitesses, qui oblige beaucoup de familles peu ou pas aisée à renoncer à des soins médicaux qui de plus en plus seront disponibles seulement pour les plus riches.

Non, messieurs les médecins du secteur 2, si grassement payés, même en tenant compte de vos études et de votre habilité, vous n’être pas des pigeons mais comme les chefs d’entreprises cités plus haut,  des vautours sociaux.

 

 

En contrepartie d’un impôt accru ou d’honoraires plus contrôlés, je trouverais tout à fait normal que l’Etat puisse augmenter le RMI ou RSA qui ne permet pas à beaucoup de ceux qui le reçoivent de vivre sous un toit.

Il est temps que dans nos société à la notion d’un salaire minimum nécessaire certes mais très insuffisant, on ajoute celui d’un salaire ou d’un revenu maximum.  Personne n’a besoin d’un milliard d’euros ni même de cent millions d’euros pour vivre décemmen ou plutôt humainement et je trouverais tout à fait normal qu’au-delà d’un certain plafond l’Etat récupère  100 % ou 99 % si vous voulez de revenus qui  immobilisent et stérilisent des sommes fantastiques si nécessaires pour combattre la misère.

 

De plus, je trouverais normal que la notion de démocratie admise au plan politique s’applique aussi au niveau économique et que les grandes décisions dépendent non d’un quarteron de dirigeants ultra-payés ou de bailleurs de fond anonymes mais de l’ensemble du personne

 

Marx  a bien montré comment une partie des hommes a réussi à mettre la main sur la force de travail  de la plupart des hommes en en faisont des sortes d’outils-machines vivantes qu’ils exploitent à leur gré.

Je crois que l’avenir des entreprises est d’appartenir collectivement à leur personnel qui devrait être capable de choisir un bon dirigeant à un salaire certes supérieur mais raisonnable.

On dira que de telles mesures feront fuir les riches ; oui les inciviques quitteront le bateau de la solidarité. J’espère et je suis persuadé  cependant que peu à peu le monde entier suivra une voie plus socialiste  et que les riches vautours déguisés en pigeons mendiants ne trouveront plus de pays complaisants pour l'égoïsme des nantis.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article