Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par BALCHOY

 

 

 

Dans la plus grande discrétion, les huit partis signataires de la réforme de l'Etat se sont octroyés 8,1 millions de supplément en compensation de la suppression des sénateurs; Ils auraient pu faire un geste pour les plus pauvres qui ne réussissent pas à nouer les deux bouts, à tous ces malheureux à vivre l’hiver dehors. Nenni ! 

Bien entendu, cela s'est fait dans le plus grand secret et si certains de ces partis goinfres annoncent que compte tenu de la suppression du sénat, cela fera "en vitesse de croisière" (que cela est bien dit : demain on rasera gratuit...) 37 millions d'économie.

Ce qui est sûr, c'est que nos "désintéressés" politiciens ont tenus à bénéficier tout de suite des 8,1 millions d'euros grâce auquels ils pourront un peu plus faire des voyage touristiques baptisés pompeusement d'études aux frais des contribuables.

 Il n'est pas normal que nos élus puissent eux-mêmes déterminer leurs salaires et primes. Une commission représentative des différentes classes de la société devrait avoir son mot à dire notamment pour ramener à une juste mesure l'avidité de beaucoup d'entre eux  qui sont les seuls de pouvoir, je crois, dépenser des sommes importantes défiscalisées sans devoir en justifier la destination.

 

Ce sont souvent des suppléments de salaires déguisés qu'ils ne mentionnent jamais dans leur rémunération.

 

Cette augmentation plus que discrète des partis politiques du Nord comme du Sud, de la gauche comme de la droite prouvent bien que notre pays avant d'être une vraie démocratie est une particratie qui n'en n'est qu'une caricature.

 

Je sais bien qu'ils qualifieront de populisme mon opinion car eu, qui  se croient une élite,  sont  les seuls  à désigner d'une façon bien peu transparente les candidats pour lesquels nous pouvons voter.

 

J’imagine qu’un jour, comme on tente bien imparfaitement de le faire en France,  on pourrait faire désigner au sein d’un parti les candidats par  un suffrage populaire de bases direct.

 

Ce n'est, à ce jour, chez nous qu'une lointaine et "dangereuse" Utopie.

 


 

 

yvanbalchoy13@gmail.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article