Catégories

Publié par BALCHOY

 

 

J'ai beau me tourner, me retourner dans mon lit, ils sont là tous les quatre aperçus dans le Tube" cet après-midi ,humanités estropiées, amputées, en voie de perdition et moi, et moi et moi qui n'ai fais qu'enregistrer à la va-vite leur misère ,

 

Toi la femme ni jeune ni vieille, trop lointaine pour me sembler belle, assise hagarde, les yeux sans horizon ; j'ai pensé t'offrir un verre pour t'arracher un éclair de ta féminité aux abonnés absents mais je me suis hâté de t'oubler en vain,

 

Toi, homme encore jeune, mal fagoté, tes lacet flottants sur le sol, marchant de guingois en traînant une jambe qui elle avait septante ans, le billet que j'ai pensé te donner est restée si lourd, si vain au fond de ma poche,

 

Et toi, au QI peut-être défaillant, qui bravement essayait en vain de vendre un billet de loterie à des passants s'en foutant,  pourquoi n'ai-je pas tenté ma chance en te donnant la tienne,

 

Enfin toi, joli môme, un peu voyou peut-être, voleur à tes heures de faim d'humanité, tu m'as bousculé peut-être pour m'arracher mon gsm tentant mais ne cherchais-tu, pas plutôt sans trop le savoir,un copin, et en t'engeulant furieux mais je t'ai laissé  prisonnier de ta solitude en ce métro où par quatre fois j'ai loupé,  ma soeur, mon frère en humanité !

 


 

Yva, Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com

Commenter cet article