Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

 

 

 

L’affaire Woerth, ces jours-ci, le refus de la majorité au pouvoir en France de chercher dans les milieux aisées des ressources nouvelles, par exemple financières,  face au déficit et à la crise, le scandale du bouclier fiscal qui est tout le contraire de la proportionnalité de l’impôt et de la fortune. 

 

Bien entendu une réforme de la retraite est nécessaire en France comme dans le reste de l’Europe et des pays riches. Mais en faisant reposer plus de 85 %de cette réforme sur les salariés, en particulier les plus modestes, Monsieur Sarkozy premier coquin. de France se montre bien le zélé copain de ces milliardaires qui fêtèrent son élection au Bouquets.

 

Je viens d’écouter monsieur Baroin, actuel ministre  du budget et successeur de M. Woerth ; Bien entendu, au nom de la solidarité de la droite, il défend bec et oncle son prédécesseur accusant à mots couverts ceux qui critiquent par exemple le cumul des fonctions de Ministre du Budget et de trésorier de l’UMP, condamnable pourtant de façon évidente.

Non ce Gouvernement, lié comme cul et chemise aux fortunes de ce pays, est  le plus proche socialement parlant  depuis la guerre  de celui du Maréchal Pétain.

 

Son souci premier est en effet de les préserver au maximum des sacrifices imposés à  l’ensemble des citoyens par une crise qui est imputable à ce monde de la Finance qui fabrique par centaines ces super-richesses, défi inacceptable à la solidarité nationale. Je me demande souvent si au-delà d'une mesure humaine, certaines fortunes ne sont pas un "délit d'abus de bien sociaux", condamné par la loi française.

 

Mais ne demandez pas à Sarkozy, cet homme pur produit d’une droite si souvent caviardée,  de lutter pour créer une société plus juste, avec des écarts de salaires qui demeurent à taille humaine, ce qui n’est plus du tout le cas.

 

Non quand je regarde la politique du gouvernement de Sarkozy, son arrogance agressive vis-à-vis des syndicats et du monde ouvrier, son assujettissement au MEDEF (qui, ce n’est pas un hasard,  est  globalement d’accord avec lui sur les modalité de la réforme des pensions), je ne peux penser qu’aux antique écuries d’Augias en attendant avec impatience ceux qui viendront y donner un bon coup de Karcher. (J’espère que je n’enfreins pas un droit de propriété de Monsieur le Président de la République)

 

 

Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article