Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par BALCHOY

 

Voici quelques commentaires glanés sur INTERNET !

 

 

"J'ai été contraint et forcé de regarder l'émission de France 2, hier soir, vu que l'on ne pouvait faire autrement si l'on voulait être informé du sort prochain de DSK.

 

Je ne le regrette pas, car cela fut fort instructif sur la progression du virus sarkozyste dans les esprits et que révèlent, ici en France, les conséquences de l'affaire née de l'autre côté de l'Amérique

 

Cette émission fut instructive car elle a eu le mérite de dévoiler ce que sera la campagne de la droite dans les semaines qui viennent.

 

Hier soir, sur le plateau de France 2, une étrange alliance s'est nouée entre le représentant du Figaro, incarnation de toutes les réactions de la droite française depuis 1789, la synthèse Ivan Rioufol, et le représentant de l'hebdomadaire le Point, Franz-Olivier Giesbert, défenseur des "valeurs" de l'Amérique. Les deux se sont alliés objectivement pour interdire de fait à la gauche socialiste toute contestation morale de l'actuel président et de son action. Sur le plateau, Manuel Valls s'est indigné de l'odieux amalgame. Comment lui donner tort ?

 

 

 

Ce procès est assez ignoble, et ce, pour deux raisons :

 

D'abord, il fait fi de la présomption d'innocence due à DSK. On peut constater là les dégâts causés sur les esprits par cinq ans de terrorisme intellectuel sarkozyste ultra-réac et ultra-sécuritaire. "Inculpé tu es, coupable tu es !" , voilà le principe qui prévaut aujourd'hui, le tout au nom du vieil adage "pas de fumée sans feu". Répétons le, puisqu'il le faut (et sur ce sujet, les hommes de bonne volonté se rangeront toujours du côté de Robert Badinter) : la présomption d’innocence doit être absolument respectée jusqu'au terme du processus judiciaire, et ça n'est qu'à la fin de ce processus que la qualité des uns et des autres est établie comme vérité.

 

Comment ne pas être gêné d'avoir vu Rioufol, se donnant des airs de Torquemada d'opérette, amalgamer avec gourme les accusations qui accablent DSK et le Parti socialiste ? Comment ne pas être déçu d'avoir vu Giesbert, autoproclamé "américain", comme s'il s'agissait d'un argument lui donnant autorité sur tout, reprendre sous une forme interrogative la même rengaine que Rioufol ?

 

Contempler ainsi Giesbert et Rioufol, éclaireurs médiatiques, dévoiler ainsi la stratégie de la droite vis-à-vis du PS dans les mois qui viennent faisait froid dans le dos. Non seulement pour ce que cette posture dit de la malhonnêteté intellectuelle intrinsèque de ce discours et de ce questionnement sordides, cyniques et malfaisants, mais aussi pour le mépris ainsi manifesté aux victimes avérées et non présumées de cinq ans de sarkozysme.

 

On n'en donnera ici qu'un seul exemple : l'affaire DSK doit-elle désormais empêcher la gauche d'évoquer le sort des enfants brisés et humiliés par l'application brutale et absurde des lois iniques sur les personnes dites "sans-papiers" ? L'affaire DSK doit-elle interdire à la gauche de dénoncer les arrestations de parents à la sortie de l'école devant leurs enfants blessés et traumatisés ? Et l'on pourrait ainsi multiplier les exemples.

 

 

 

Face aux assauts, Manuel Valls a fait preuve de courage et de dignité, gagnant d'un coup les galons socialistes qui semblaient lui faire défaut jusque là, surtout lorsqu'il a rappelé qu'il ne faut jamais livrer aux chiens l'honneur des hommes. Cette émission aura au moins servi à cela : montrer que Manuel Valls, souvent contesté, parfois contestable, est bel et bien un homme de gauche et un authentique républicain.

 

Auteur parrainé par Benoît Raphaël"

 

 

 Je vous incite à lire dans sa totalité l'article précédent qui démontre commennt une droite souvent immonde essaye de profiter de cet évènement dramatique qui n'est pas celui d'un parti mais d'un homme à ce stade présumé innocent  pour discréditer les socialistes.


http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1180;valls-contre-giesbert-et-rioufol-sur-france-2-le-republicain-contre-le-journalisme-de.html

 


 


 

l'extrait suivant d'Yvan Rioufol libéralissime, admirateur de Bush &Cie qui fut lors de cette ésion particulièrement injuste et agressif, parfois à la limite du ridicule. A ce monsieur je rappellerai cette leçon de démocratie donnée par les USA au monde entier à Guantanamo, en Irak, en Afghanistan. Je rappellerai l'odieuse captivité des cinq Cubains antiterroristes et condamnés après un priocès inique,  la lâcheté  devant les crimes d'Israël, certains aspects sordides et mensonger de l'assassinat de Ben Laden etc... etc.

 

"Le PS excellait dans l'art de donner des leçons. Il n'avait pas d'idées mais il savait lustrer son éthique. Or voici que cet autre mirage s'effondre. L'incarcération, à New York, de Dominique Strauss-Kahn, qui s'apprêtait à confirmer sa candidature pour la présidentielle, laisse voir un parti incapable d'appliquer ses principes. Défenseur de l'égalité, des femmes, des pauvres, des minorités, il se plaint de voir son leader humilié par des juges accordant foi, les impudents, aux accusations d'une femme de chambre noire vivant dans le Bronx, victime présumée d'agressions sexuelles et de tentatives de viol. C'est une leçon de démocratie et d'indépendance que vient de donner la justice américaine à la gauche hypocrite".

 

http://blog.lefigaro.fr/rioufol/2011/05/bloc-notes-affaire-dsk-le-proc.html

 

 

 

 

 Je reviens personnellement sur cette  émission très houleuse et passionnante animée par David Poujadas sur Antenne 2.

 

Il y était essentiellement question de l’affaire DSK. J'y ai beaucoup appris en bien et moins bien non pas tant sur Dominique Strauss Kahn car les interrogations des jours précédents n’ont pas, bien entendu, été solutionnées mais à propos de journalistes et hommes politiques qui commentaient l’affaire.

 

Tout d’abord Yvan Rioufol, cité plus haut, dont j’entends parfois le nom me semble-t-il à la radio. Je ne connaissais pas vraiment mais ce journaliste du Figaro (cela suffit à vrai dire pour que je le catalogue du côté de l’injustice sociale, le libéralisme destructeur des pauvres sur toutes la terre )  Je n’ai pas été déçu. Il y a, dit-on, des américanophobes, paraît-il primaires et j’en suis un sans doute quand il s’agit de la guerre d’Irak, de l’Afghanistan, de l’OTAN et souvent de la question Palestinienne encore que ces jours ci….

 

Monsieur Rioufol est un américanophile, j'ai envie d'écrire plutôt un Bushiste primaire.  Il a vraiment tenté de faire dévier l’affaire DSK en une condamnation bassement électorale contre le parti socialiste. Je l’ai trouvé non seulement haineux mais peu convaincant. Il fut, paraît-il partisan de la guerre d’Irak et de Bush.  Comment prendre au sérieux  ce journaliste qui approuve une guerre injuste préméditée sur le mensonge et la calomnie, qui a tué au minimum des dizaines de milliers d’innocents soi-disant pour venger les 3000 vraies victimes de Ben Laden.

 

Je considère Bush, Rumsfeldt, Wolkowitz comme de vrais criminels de guerre qui devraient eux aussi aller faire une cure aux Pays-Bas où je leur souhaiterais un jugement plus équitable que celui qu’a subi Milosevic.

 

Durant la même émission, on a assisté à une passe d’armes sévère entre Joffrin et Monsieur Badinter qui est pour moi un des hommes politiques les plus honorable de la France d’hier et d’aujourd’hui. Joffrin, piqué je ne sais par quelle mouche persiflante s’est mis à attaquer Monsieur Badinter, parce qu’il n’avait pas assez défendu la "victime".  C’est mal connaître l’ancien garde des sceaux, vainqueur avec Mitterrand de la peine de mort, que de penser qu’il néglige le sort des victimes. Mais  parler de "la victime" à propos de cette femme, probablement ? peut-être, innocente, en pure logique, c’est parler déjà  du "coupable" D.S.K. c’est détruire sa présomption d’innocence.  Que Badinter soit ou non l’ami de Monsieur Strauss Kahn, ne change rien à l'affaire ;  il avait raison de refuser de  se laisser emprisonner dans une terminologie trompeuse et injuste.

 

Dans ce duel qui fut un instant féroce, à mon point de vie en tout cas, c’est Badinter qui avait raison et Joffrin tort.

 

Quant au traitement infligé à D.S.K. les deux premiers jours de son incarcération, je persiste à penser que c’est une ignominie ; je dirais la même chose s'il s'agissait d'un humble latino,  et qu’on ne me fasse pas l’éloge juridique d’un pays qui torture des innocents (et des coupables sans doute aussi) à Guantanamo, qui libère un grand sportif meurtrier à coup sûr simplement parce que son juge a été soupçonné de racisme,

 

Supposons que Monsieur Strauss Kahn soit innocent, il a tout perdu dans l’affaire; son honneur a été jeté en pâture à des journalistes qui n’aimeraient sans doute pas qu’on étale leur vie privée au grand jour, il a perdu son boulot que tout le monde appréciait. 

 

Si  ce procureur  si hargneux en tout début de procès, s'est trompé je trouverais normal qu'on lui en tienne rigueur.

 

Quant au sort de cette femme de ménage que je veux considérer, bien sûr, comme présumée innocente, il est heureux qu’on la soustraie à la férocité des medias;  si les faits qu’elle dénonce sont prouvés, elle qui sans nul doute a aussi perdu beaucoup dans ce drame,  devra voir se rétablir au grand jour  non seulement son honneur mais recevoir aussi  juste réparation y compris financière de ses préjudices. 

 

Bien entendu si D.S.K. est coupable de ce qu’elle dénonce, sa peine devra être à l’exemplarité de la place qu’il exerçait dans la société.

 

Voilà, cette excellente émission de Pujadas, n’a pas dénoué l’intrigue ni livré le criminel de cette triste affaire mais elle a permis de voir comme certains journalistes ou présentateurs se sont révélés défenseurs de la droite française et d'un Président qui a fait un tort social incalculable à son pays en quatre ans.

 

Pour ma part, faire de ce triste fait divers, un argument en faveur du Président de la République, qui a  pourtant choisi Strauss Kahn pour cette fonction , peut-être pour se débarasser d'un rival gênant, c’est un acte de bassesse.

 

Quant à l’épilogue du drame du Sofitel, je souhaite seulement que JUSTICE SOIT FAITE !

 

 

P.S. Si j'étais français, je n'aurais pas voté pour Dominique Strauss Kahn trop libéral et sioniste à mon goût et si je préfère certains leaders du parti socialiste bien sûr à l'UMP, je ne considère pas pour autant le P.S. comme un parti révolutionnaire. Or , je ne crois pas possible de changer le monde et la société pour les rendre plus justes sans une révolution qui ne sera pas un copier coller ni de 1789, ni de la Commune ni de 1917 mais qui reflètera  le meilleur de ces trois évènements.

 

 

 

Yvan Balchoy

yvznbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article