Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

info.maggiedeblock@ibz.fgov.be

Madame Maggie De block,  chaque fois que je parcours le couloir qui relie la gare centrale de Bruxelles au métro, je découvre combien notre pays abuse du mot démocratie car à côté de gens comme vous qui êtes très bien payées, j’ai envie de dire trop bien payé il y a d’autres hommes, belges ou pas – la question ne se pose pas quand il s’agit des droits fondamentaux de la personne humaine  que votre politique bafoue chaque jour un peu plus.

Je n’ai sûrement pas à vous recommander la lecture de l’article intitulé à juste titre « La politique de l’asile de Maggie De Block est DURE, INHUMAINE ET INJUSTE de AREF HASSANZADA qui décrit avec exactitude et bon sens combien vous qui vous parez de libérale terme que vous n’utilisez que comme un prétexte pour justifier l ’exploitation de l’homme par l’homme qui est le maître mot de l’idéologie du parti dont vous faites partie.

Ainsi nous avons eu le droit d’acheter le Congo comme une simple marchandise, y compris ses habitants légitimes qui n’avaient à certains moments aucun droit, auxquels on coupait les mains ou qu’on mettait même parfois à mort parce qu’ils refusaient le travail forcé et aujourd’hui vous osez considérer, vous les libéraux,  héritiers idéologique de la colonisation,  que les congolais qui viennent chez nous et qui d’ailleurs y vivent le plus souvent  avec beaucoup de dignité,  sont indésirables.

Depuis plus de dix ans nous menons avec l’État le plus violent de la planète les USA une guerre en Afghanistan qui, pour venger un crime qui a coûté 3000 morts innocentes à New York, a causé plusieurs guerres injustes et la mort de centaines de milliers d’innocents en Irak, en Afghanistan, en Libye etc…

 Par ailleurs, je tiens à vous rappeler la mort atroce et criminelle de Semira Adamu mise à mort par trois policiers abrutis parlant  foot, en étouffant une personne infiniment plus digne de respect qu’eux. Comment se fait-il que malgré des promesses faites, on continue à laisser intact cet office des étrangers responsable de plusieurs morts innocentes et injustes avec lequel vous travaillez, si je peux dire, la main dans la main.

 

Chaque fois que je passe dans le sinistre couloir, malgré sa belle réhabilitation qui relie la gare centrale au métro j’ai honte pour mon pays qui pourrait fournir sans  grande difficulté des locaux chauffés  pour préserver du froid hivernal tous les sans-abri mais qui ne le fait pas.

Je vous dirai que tant qu’un seul sans abri sera obligé de dormir dans la rue, faute de place dans des asiles, j’estime que votre salaire, en particulier,  est injustifié  ainsi ,sans doute, qu'une partie de ma pension,  et que ce trop perçu devrait servir à ce que personne ne risque de mourir de froid ce qui est un crime, quand ça se produit,  dont est responsable le gouvernement de ce pays.

Ceci me semble plus important que d'empêcher des mineurs de toucher à l'alcool ce qui plait aux lobbys chers à votre parti pour qui le fric est plus important que les gens !

Je veux vous citer deux exemples vécus par moi.

 

 

L’an dernier, en plein hiver glacial, juste à la fin du couloir dont j’ai parlé un homme est couché sur une couverture. Il est dix heures du matin, deux policiers des chemins de fer – de ceux  dont la chronique judiciaire parle ces jours-ci,  -veulent obliger ce pauvre homme à se lever et sortir de la gare ce qu’il tente très maladroitement. A ce moment, je les interpelle en leur disant « Messieurs, savez-vous que cette nuit à Paris un homme et une femme sont mort de froid. Croyez-vous que c’est le bon moment pour mettre dehors de monsieur"

. Ils m’ont regardé un peu étonnés mais sans rien dire, ils sont partis en renonçant à leur funeste projet.

Je sais bien qu’ils n’étaient pas personnellement responsables de cette immonde expulsion, ordonnée sans doute par un planqué, installé dans un bureau bien chauffé et j’ai été heureux de leur potentielle désobéissance à un ordre inhumain.

 

Deuxième exemple. Je suis souvent à Bruxelles où je travaille bénévolement pour le dernier parti qui refuse toute scission entre wallons et flamands le PVDA.

Comme beaucoup de belges, dont sans doute pas vous qui ne devez pas souvent fréquenter le métro, de nombreuses personnes pour subsister, pour manger font la manche.

Je les considère comme au moins aussi honorables que vous et moi même si elles ne sont pas en règle ce qui n’est pas un délit, encore moins un crime,  mais une conséquence des injustices suscitées dans le monde par le capitalisme sauvage.

J’en connais un auquel que j’essaye d’aider de façon un peu régulière. Pour moi, c’est quelques cafés en moins– du bénéfique pour ma santé – pour eux c’est la possibilité de pouvoir de temps en temps manger un sandwich. Cet ami, car je le considère comme tel, m’avait parlé de sa femme et de sa petite fille avec qui sporadiquement ils dormaient en rue même l’hiver, ce qui est un crime social.

Un soir, en rentrant chez moi, je trouve sept policiers autour d’une vingtaine de roumains, citoyens européens comme nous.

  Ils voulaient les expulser du métro. Ainsi j’ai pu découvrir que cet homme n’était pas un menteur en me parlant de sa femme et de sa fille.

Je vide alors mes poches et remets à ce papa étranger quelques pièces de monnaie. A ce moment-là une policière, furieuse, m’interpelle en m’accusant de troubler une interpellation de la police. Poliment, je lui réponds que je ne veux rien perturber mais aider cette famille.

A son visage, je devine bien qu’elle voudrait bien m'ennuyer plus, mais elle me fait signe de partir ce que je fais non sans avoir donné la main à ce roumain, gitan, membre de ce peuple exterminé comme les juifs par les nazis mais qui contrairement aux juifs n’a subi aucune réhabilitation de la communauté internationale.

Je vous conseille, Madame De Block de relire attentivement l’article de Haref Hassanzada et de modifier dans le sens d’une plus grande humanité,  justice  et d’un plus grand respect,  la politique indigne de la Belgique en la matière.

En regardant l’organigramme de votre ministère, j’ai remarqué qu’à part trois personnes, il semble composé presque totalement de néerlandophones. Je vous signale que votre fonction est fédérale et qu’il me semblerait normal que la sensibilité des francophones qui n’est pas tout à fait la même que celle du nord du pays devrait y avoir un peu plus de place.

 

Il parait que vous devenez la personne la plus estimée dans la nord du pays, même dit-on ? devant Monsieur De Wever. Si cette primauté signifiait un plus grand respect des droits de l’homme  que celle du bourgmestre d’Antwerpen, j’en serais ravi , mais hélas, j’ai peur que ce succès soit lié au fait que votre politique en matière d’asile correspond pleinement à celle du président de la N.VA.

 

Pour terminer, je vous mets en garde. Si vous continuez à refouler des réfugiés en Afghanistan, je vous considère d’avance comme co-responsable de ce qui leur arrivera et si un juriste vous accuse devant les tribunaux d’expulsion illégale et obtient justice je trouverais ce jugement juste, car tous celles et ceux qui ont obligé des Afghans  à retourner dans leur pays, "soi-disant sûr", méritent une condamnation pour  ce fieffé mensonge.

 

Yvan Balchoy

 yvanbalchoy13@gmail.com

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article