Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

Vous souvenez-vous des dictatures des Duvalier, Père et fils avec leur tristement célèbres tontons-macoutes qui faisaient régner la terreur à Haïti.

 

Il y a vingt cinq ans, une insurrection populaire chassait Bébé-Doc qui, après avoir emporté avec lui plus d’argent que la dette du pays trouva refuge en France. Il est vrai que longtemps, jouant face à Cuba la carte anti-communiste la dictature sanguinaire bénéficia de l’aide y compris militaire des USA et des grandes puissances occidentales.

 

Discrètement la France, sans jamais lui accorder le refuge diplomatique, consentit à laisser vivre dans le midi les fugitifs sans trop regarder à leurs moyens d’existence. Le fait est que depuis 25 ans, Bébé-doc vit confortablement avec l’argent pillé au peuple haïtien et cela avec la complicité des gouvernements français de droite et de gauche qui se sont succédé pendant cette période.

 

Voici, en 2011 que Duvalier rentre au pays. Les crimes accomplis par lui et son Père étaient-il prescriptibles ? La Justice de Haïti doit trancher rapidement et éventuellement déférer ce grand criminel devant ses juges pour payer ses crimes et rembourser ses pillages.

 

Vous me direz que la corruption n’a pas disparu de Haïti depuis le départ des tyrans d’hier sans parler de ce terrible tremblement de terre qui n’a pas bien entendu arrangé la situation dramatique des Haïtiens. Raison de plus d'être intransigent désormais dans la conduite du pouvoir et des affaires  qui doit se faire au service du peuple si malmené depuis des décennies.

 

J’espère pour ma part, que Jean-Claude Duvalier sera enfin puni pour ses crimes et qu’avec le concours des banques détentrices de sa fortune volée il rendra à son peuple ce qu’il lui a dérobé il y a vingt-cinq ans.

 

fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Claude

 

 

 

Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article