Catégories

Publié par BALCHOY


 


 


 

La sonnerie du téléphone,

qui chez toi sonne,

quand tu n'es pas là

ou lorsque tu n'en veux pas

ne me dit pas ton absence

ni tes réticences,

mais m'introduit

dans ta nébuleuse

où je te connus tour à tour songeuse

puis cajoleuse.



 


J'imagine que, réveillée par mon appel,

ta petite danseuse si svelte

se met à virevolter

en toute impunité

au clair de la lune

de ta fascination nocturne

ou sur la plage frisquette,

où tournoient tant de mouettes.

 

 

 



Quand la récréation a assez duré,

je raccroche le combiné

et tout ce petit monde se rendort

dans ta chambre que j'aime si fort.



 


Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com

Commenter cet article