Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

 

 

 

Film ou pièce de théâtre c’est devenu un des spectacles les plus humoristiques qui soient, désopilant certes mais non sans éthique.

 

  Il s'agit de voir ceux qu’on considère généralement comme la « crème » de l’intelligence, de la hiérarchie sociale, de la nouvelle noblesse que confère le fric préparer un guet- apens contre un pauvre diable, brave homme de surcroit mais tellement ridicule au regard des valeurs ou pseudo valeurs de ceux qui veulent passer vivre un bon moment à ses dépens.


Je n’ai pas l’intention de faire ici la critique d’un excellent vaudeville dont la conclusion d’ailleurs déjoue la méchanceté de ses instigateurs.


Quittons à présent la fiction sinon la morale on parlant d’un autre dîner qui depuis des lustres d’années en année permet à une forme particulièrement détestable de la jet-society de se mettre en valeur invité parun organisme communautariste qui représente la partie la plus critiquable, la moins respectueuse de la culture juive  si active en France qui, heureusement, n’a pas besoin d’être représentée par le CRIF, cette association qui devrait s’appelait France-Israël ou comme je l’ai entendu récemment annexe de l’ambassade de l‘état dit Hébreu en France.


Je trouve pour ma part plus regrettable que comique cet empressement servile qui de la droite bien sûr à la gauche, même celle, de plus en plus minoritaire, qui mérite cette qualification, qui réunit hommes politiques, journalistes, élites artistiques, financières ou scientifiques.


Voilà l’afflux médiatique, que pour ma part je trouve méprisable qui se presse à ce dîner du CRIF


Mais quel est donc l’organisme qui est au centre de ce succès social :  le CRIF, ancien Conseil représentatif des israélites de France devenu désormais le Conseil représentatif des institutions juives de France, comme ces institutions qui ont changés de nom tels la LICRA ancienne LICA ( Ligue contre l’antisémitisme) qui a éprouvé un peu sur le tard le besoin de s’affirmer opposée aussi  secondairement au racisme.


Pour ma part, je me refuse dedistinguer l’antisémitisme, forme certes extrême de la haine de l’autre à partir de ce qu’il « EST » et le racisme. Cette dissociation  fait des sémites des êtes à part dans la communauté humaine au point que leur persécution est distincte de celle d’autres hommes tels les Noirs d'Afrique, les Gitans, les handicapés voire même les communistes et ne sera considérée que comme raciste.


Non distinguer racisme et antisémitisme c’est déjà une forme de racisme sinon parfois un mépris pour d’autres génocides anciens comme celui de l’esclavage qui hélas, fut aussi  barbare et sanguinaire que l’horrible politique des nazis contre les juifs, les gitans, les handicapés…. durant la dernière guerre mondiale.

 

 

Que nous  dit aujourd’hui le CRIF à propos du conflit israélo-Palestinien dans ses ramifications actuelles telles l’occupation cinquantenaire des territoires de l’Etat Palestinien, l’annexion illégale de Jérusalem-Est, le scandaleux Apartheid qui a pour but de préserver les colons juifs des sous-citoyens palestiniens, pourtant également sémites, jusque dans l’imposition de routes privées, les meilleurs bien entendu étant réservées, comme dans l’ancienne Afrique du Sud, aux citoyens supérieurs, en l’occurrence ici des juifs sous l’égide du gouvernement Netanyahou.


Bien entendu il n’est pas dans mes intentions de confondre ici la criminalité d’un premier Ministre qui devrait être déféré avec beaucoup d’autres de ses pairs  à un tribunal International pour crimes de guerre et de paix  et ceux qui, acculés par la crise de logement,  acceptent consciemment ou non de vivre en terre qu’on leur dit donnée par Dieu à leurs compatriotes il y a des milliers d’années.

 

Quand j’écoute le président du CRIF, il dit bien mollement qu’il est partisan de deux états vivant en paix côte à côte mais il ne précise en rien les frontières respectives de ces deux états et pour concrétiser mes propos pendant le navrant discours de l’invité numéro 1 du diner, Monsieur François Hollande,  chaque fois – et ce fut fréquent – que ce « socialiste » libéral de droite parla avec beaucoup de sympathie de l’état hébreu et de sa sécurité, du rôle éminent que les juifs ont joué et  jouent dans la vie nationale française, (sans être heureusement tous des sionistes) les applaudissements furent nombreux mais lorsque toujours sur le mode MOLLO François rappelait l’option, plutôt la préférence théorique française de deux vrais états avec Jérusalem comme leur commune capitale, pas un applaudissement des sionistes présents, ni d’aucun invité. 


Qui s’en étonnera mais même pas de ces hommes se disant de gauche, se disant pour le respect des Palestiniens mais ayant perdu, courage, audace et surtout honneur dans ce monde tordu.


J’ai honte pour eux  : Oh je ne citerai   personne, mon but n’est pas de d’énumérer ici les traitres à la cause Palestinienne qui préfèrent la sucette du Diner du C. à la défense de l’honneur d’un peuple, lui aussi SEMITE, quel curieux hasard,  descendant de cet patriarche SEM qui a donné son nom aux Sémites de toujours et de partout.


Oui, d’autres jours que ce fameux et honteux repa, tant d’entre eux parlent avec ferveur des droits du peuple palestinien, vont le visiter sur place souvent pendant quelques petites heures arrachées péniblement aux trois ou quatre journées consacrées à ISRAËL.


A propos de Monsieur Hollande, homme politique représentatif de cette sympathie filandreuse pour les Palestiniens qui bien, sûr pérore sur le droit des Palestiniens à avoir une Patrie avec même Jérusalem pour capitale à condition bien entendu de n’armer que les sionistes qui ont tous les droits réels, celui de bâtir leurs colonies héritières des anciennes nôtres sur le terrain, volées à leurs victimes, celui de parquer les Palestiniens de plus en plus loin un peu comme les Indiens d’Amérique. 


Ce n’est pas par hasard que le Président Français a employé le terme "chaleureux" pour qualifier ces relations avec le détestable Netanyahou, un voleur de terres de plus criminel qui a du sang innocent sur les mains tandis que parlant de sa rencontre avec le premier Ministre Palestinien il a utilisé un terme tellement neutre, passe-partout que je ne m’en rappelle plus.

 

 

Par ailleurs, dans une émission récente sur le Vatican, le présentateur nous a présenté un magnifique olivier, venu de Gallilée, offert, a -t-il dit,  au Souverain Pontife, par le premier Ministre israélien.


Personellement dans le contexte de la persécution actuelle des Palestiniens, qui peut-être ont planté cet arbre, je l'aurais refusé comme un cadeau volé.

 

A vrai dire, si je parle de diner des Cons à propos du repas du CRIF, soyons clair, je ne considère pas comme C... les organisateurs de cette rencontre,  qui sont des personnes très malignes dans tous les sens équivoques de ce terme, ce n’est pas non plus pour les assistants n’ayant pour excuses que leur envie de faire partie d’un des plus courus défilés de mode de la France en mettant de côté le temps de quelques heures leur intérêt pour la justice internationale.

 

Non ceux qui sont vraiment les C..., les victimes  de cette fête partisane, les laissé pour compte de cette peu honorable institution, ce sont d’autres sémites que ceux qui furent scandaleusement victimes de la fureur nazie et des lâches qui l’ont rendue possible même en nos pays, des sémites qui ne font pas partie d’une histoire à ne jamais oublier, malgré les 70 ans déjà passés depuis leurs supplice. 

 

Aujourd’hui ces Palestiniens victime d’un nouvel antisémitisme vivent très difficilement  en terre sainte CHEZ EUX  (selon les frontières de 1967), malgré une décision inconsidérée parce qu’incomplète de l’ONU, et qui aujourd’hui sont aussi mal considérés sur ce qui leur reste de leurs propres terres que les zoulous hier en Afrique du Sud.

 

Oui, voilà ce que je voudrais que certains courageux rappellent aux responsables de ce célèbre diner dans un discours autrement vertébré que l’insipide  propos du président Hollande qui fit semblant de rappeler le droit des Palestiniens en affichant réellement son amitié indéfectible non  seulement au peuple martyrisé hier mais hélas à cette section sioniste du peuple juif qui a fait et continue de faire tant de mal à l’honneur de ce grand peuple, le premier sans doute de tous ceux qui font l’honneur de notre humanité.

 

Mesdames, Messieurs, si l’an prochain,  vous recevez une invitation pour participer à ce célèbre repas politique, je vous en prie déclinez ce pseudo honneur qui, que vous le vouliez ou non, concourt à enfermer le peuple Palestinien sémite en ses propres terres.

 

Si vous voulez participer à cet évènement politique faites-le énergiquement en  y proclamant le droit réel  des Palestiniens à retrouver leurs territoires de 67 comme l’ONU, muette et paralysée sans l’accord des USA l’avaii pour rien décidée ainsi que le caractère antisémite de tous ceux qui privent ces autres fils de SEM de leurs droits inaliénables.

 

Non contrairement à ce que des partisans coloniaux affirment sans cesse, sionisme et antisémitisme hélas ne sont pas des mots qui s’excluent toujours, parfois hélas ils vont de pair.


Il ne dépend que de nous de rappeler que l'odieux antisémitisme ne reculera beaucoup  à défaut hélas de disparaître complètement que lorsque le sionisme qui n’est pas heureusement la seule doctrine qui permette aux juifs de vivre  fraternellement avec ou à côté des arabes  sur la terre de leurs ancêtres,  disparaîtra comme une  des nombreuses idéologies nauséabonds du siècle dernier.

                                                                                                                        

                                                                                 YVAN BALCHOY

 

 

 

yvanbalchoy13@gmail.com

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article