Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

 

 

 

Gbagbo est arrêté, je ne vais pas pleurer;  l'ancien opposant courageux à Félix Houphouët-Boigny avait peu à peu pris goût au pouvoir.  Je suis loin d'être sûr que Ouattara, au passé également quelque peu sulfureux, millionnaire  commercial par son épouse, a vraiment gagné des élections truquées sûrement dans les deux camps.  En fait, plus que le peuple de Côte d'Ivoire, c'est la France surtout qui a  choisi un vainqueur possible, sûrement celui qui lui semblait le plus docile aux intérêts occidentaux.

 

Et on a retrouve la même escroquerie humanitaire qu'en Libye. On parlait seulement d'empêcher les avions de Kadhafi de bombarder des civils (Qui s'y opposerait !) et deux jours après on bombarde le palais du dictateur, on déclare à la place du peuple Libyen  que Kadhafi doit partir, lui qui jamais dans sa capitale par exemple, n'a connu de manifestations populaires comme l'Egypte et la Tunisie où d'ailleurs la France a été plutôt une puissance plutôt amie des tyrans qui dirigeaient ces deux pays.

 

Personne ne peut douter qu'en Côte d'Ivoire, pays divisé en deux ethnies qui ne s'apprécient guère, le conflit était comme en Libye une sorte de guerre tribale.

 

La France aurait eu raison d'empêcher, en Côte d'Ivoire,  comme elle l'a fait un instant autrefois, des massacres, de favoriser le dialogue,  sûrement pas d'intervenir directement dans le conflit et d'arrêter directement ou indirectement un des deux présidents au passé chargé certes mais pas plus à mon avis que son rival dont les troupes ont, semble-t-il, commis pas mal de massacres eux-aussi.

 

Jacques Vergès, partisan déclaré de Gbagbo, accuse la France, d'avoir agi comme une puissance coloniale d'autrefois en conduisant à Abidjan les troupes d'Ouattara,  puis devant leur incapacité à gagner la capitale, en détruisant complètement les forces de l'ex-président dans une curée donc beaucoup de civils ont été aussi  victimes.

 

Juppé qui par son passé sulfureux n'a pas vocation à être Ministre des Affaires étrangères de la France  est à mon avis co-responsable du bain de sang des derniers jours car, en obligeant Gbagbo, homme très têtu et persuadé d'avoir raison, à reconnaître sur papier  qu'il avait perdu les élections, il  l'a empêché d'accepter une sortie honorable qui semblait possible il y a quelques jours. 

  Quant au secrétaire général de l'ONU,  qui après l'assassinat de dix huit Palestiniens par Ta'hal,  ne fait des reproches qu'aux Palestiniens alors que c'est son devoir de faire appliquer les décisions des Nations Unies sur la libération des territoires occupés, il fait un tort immense à l'institution dont il a la charge. En Côte d'Ivoire, il semble s'être raillé  inconditionnellement aux désiderata du gouvernement français trop content de le voir accepter ses thèses.

 

 

Je ne suis pas sûr  comme Vergès, qu'Ouattara n'est qu'une marionnette de Sarkosy qui serait devenu le vrai président de la Côte d'Ivoire. mais j'espère que le président vainqueur ne s'acharnera pas  sur son rival et qu'on n'assistera à un remake du procès inique et de l'assassinat public de Saddam Hussein qui flétrit à jamais l'Irak américain.

 

Je préférerais un procès international à là condition qu'il  soit juste et ne se termine pas comme celui de Milisevic.


  Tout autre son de cloche, j'ai entendu également Jacques Lang ami, de longue date de Gbagbo.  Il regrette l'entêtement de ce dernier à s'attacher à son pouvoir et reconnaît la victoire de Ouattara mais il demande à ce dernier au nom de cette réconciliation qu'il a affichée hier dans un discours que je reconnais d'apaisement, de traiter son rival prisonnier avec respect, avec humanité.

 

Quand je voix un de ses soldats, une brute épaisse,  s'acharner, près du palais présidenciel, sur un soldat tué, peut-être par les hélicoptères français,  en lui disant : "Tu es mort" et en s'en félicitant, je me dis que le nouveau Président a du pain sur la plache.

 

Nous verrons quel part dans son futur gouvernement il réserve au camp de Gbagbo et son indépendance vis à vis de la France de Juppé et  de Sarko qui a près de cinquante ans de retard sur l'histoire. 

 

Bonne chance surtout au peuple de Côte d'Ivoire qui mérite mieux que ces deux ennemis peu regardants sur les  droits de l'homme.

 

 

Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article