Catégories

Publié par BALCHOY

 

Avant de reprendre ici un passage clé de l'article de Jacques Julliard, je voudrais évoquer la mémoire de mon grand père qui,en 1945, sénateur du parti catholique, ne tint pas à se représenter dans le Parti social chrétien, nouveau parti chrétien démocrate. Il prit donc sa retraite mais refusa la pension attachée à ses mandats politiques pour le motif qu'il estimait que sa fonction de sénateur n'était pas un métier (Il détenait un magasin de confection à Dinant) et que sa retraite professionnelle lui suffisait. J'ai toujours considérer ce refus comme une preuve de l'intégrité de mon grand Père. (Yvan Balchoy)

 

http://alainindependant

.canalblog.com/archives/2013/01/04/26053592.html#utm_medium=email&utm_source=notification&utm_campaign=alainindependant

 

 

Jacques Julliard – Marianne - Mardi 1 Janvier 2013

 

 

C'est pourquoi la mesure la plus simple et la plus élémentaire, à savoir l'interdiction stricte de tout cumul des mandats, ne sera pas votée : je tiens le pari. Mais, si l'on veut aller plus loin, si l'on veut lutter efficacement contre cette professionnalisation de la vie politique qui est incompatible avec la démocratie, il faut empêcher que quelques milliers de personnes vivent, leur vie durant, de la politique. 

 

Jacques Chirac a passé son existence entière dans les palais de la République ; jamais il n'en est sorti ; jamais il n'a exercé une profession, jamais de sa vie il n'a payé un repas de sa bourse. C'est un exemple typique ; mais la plupart de nos hommes et de nos femmes politiques vivent sur le modèle breveté Chirac. 

 

Il est pourtant une mesure qui permettrait de mettre fin à cette situation anormale : l'interdiction de se présenter deux fois de suite à la même fonction. A ceux qui rétorquent rituellement qu'une telle règle priverait les assemblées de l'«expérience» indispensable, je réponds : c'est une blague. 

 

Les seules assemblées qui ont réformé la France et ont établi les lois que nous respectons étaient faites d'hommes neufs, et «inexpérimentés» : témoins, la Constituante de 1789, l'Assemblée nationale de 1848, la Commune de Paris, les assemblées de 1945-1946. 

 

Car, si l'élection est l'honneur de la démocratie, la réélection est son fléau. Le souci de la réélection est à la base de toutes les lâchetés, de toutes les faiblesses, de toutes les capitulations. Vous voulez la démocratie, dites-vous, vous voulez l'égalité ? Alors, organisez la rotation des citoyens au pouvoir ! Pour que la vie politique soit quelque chose pour tous, il faut qu'elle cesse d'être tout pour quelques-uns.

Si vous voulez lire l'article tel que présenté dans le blog d'Alainindépendant,référez-vous à l'adresse suivante :

http://alainindependant

 

.canalblog.com/archives/2013/01/04/26053592.html#utm_medium=email&utm_source=notification&utm_campaign=alainindependant

 

 

 

yvanbalchoy13@gmail.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article