Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

 

 









La résurrection vue dans l'Eglise orthodoxe de Russie.







Jésus ressuscité vue par la peinture flamande.(Hans Memling)








François d'Assise, ici peint par Giotto,  qui se donne comme objectif de vie d'être l'image la plus fidèle possible du Christ en son temps.




Mais l'abbé Pierre est pour moi, en mon époque, une des preuves les plus évidentes de la résurection de Jésus de nazareth




Mgr Romero assassiné parde grands  propriétaires  terriens auquels il reprochait leur égoïsme
c'est Jésus qui continue d'être crucifié en notre temps.
Son sang est semance de foi et de vie.
Pourquoi l'Eglise de Benoit XVi tarde-t-elle à reconnaître ce que la foi populaire lui a donné dès sa mort :
le titre de Martyr du Christ.






Dieu appartient à tous les hommes.
Gandhi qui par sa non violence a réussi
à libérer son pays du colonialisme anglais
est pour moi un frère de Jésus-Christ toujours vivant et agissant sur terre même s'il ne l'a qu'incomplètement reconnu.





Et si Luther King autre re-présentation du Christ vivant en notre temps rappelait cette colère de Jésus chassant les marchands du temps. Comme Jésus, quand il luttait pour la justice et la vérité, Luther King était tout le contraire d'un mou.Il en est mort. Mais n'est-ce pas un peu de lui qui renaît  mystérieusement et merveilleusement en Barack Obama ?



Mandela, le torturé,  nous révèle dans le présent jusqu'où va le pardon du Christ ressuscité



 
"Environ sous le règne de Tibère, nul ne sait exactement où ni quand, un personnage dont on ignore le nom a ouvert  une brèche à l'horizon des hommes. Ce n'était sans doute ni un philosophe ni un tribun, mais il a du vivre de telle manière que toute sa vie signifiait : chacun de nous peut à chaque instant commencer un nouvel avenir.....

Pour crier jusqu'au bout la bonne nouvelle, il fallait que lui-même par sa résurrection, annonce que toutes les limites, la limite suprême : la mort a été vaincue...
Toutes les sagesses, jusque là, méditaient sur le destin, sur la nécessité confondue avec la raison, il a montré leur folie; Lui, le contraire du destin, lui, la liberté, la création, la vie, lui qui a défatalisé l'histoire...Tous les dieux étaient morts et l'homme commençait... C'était comme une nouvelle naissance de l'homme...
Je regarde cette Croix, qui en est le symbole et je rêve à tous ceux qui ont élargi la brêche : de Jean de la Croix qui nous apprend, à force de n'avoir rien, à découvrir le tout, à Karl Marx qui nous a montré comment on peut changer le monde, à Van Gogh et à tous ceux qui nous ont fait comprendre que l'homme est trop grand pour se suffire à lui-même.

Vous les recéleurs de la grande espérence que nous a volée Constantin, gens d'Eglise, rendez-le nous ! Sa vie et sa mort sont à nous aussi, à tous ceux pour qui elle a un sens, à nous qui avons appris de lui que l'homme est créé créateur..

Pouvoir de créer, attribut divin de l'homme, elle est là, mon hostie de présence réelle chaque fois que quelque chose de neuf est en train de naître pour agrandir la forme humaine, dans le plus fol amour ou dans la découverte scientifique, dans le poème ou la révolution."
 
Ce splendide texte de Roger Garaudy, si souvent  calomnié, me semble plus percutant, plus vrai pour la grande communauté des hommes dont l'Eglise n'est plus qu'un petit troupeau,  que ce que j'ai entendu ce matin à la radio et je le regrette amèrement.
Non, il n'est pas vrai que mes frères et mes soeurs incroyants, que je cotoie tous les jours, considèrent que leur vie n'a pas de sens. Beaucoup d'entre eux à mes yeux rappellent par leurs actes, par leur vie, l'Homme de Nazareth et en oeuvrant pour la libération complète de l'homme, ils prolongent de fait  l'Evangile, cette Bonne nouvelle !
.  Jésus n'est pas venu seulement sauver les catholiques, les orthodoxes ou les chrétiens mais tous les hommes qui ont compris de lui  ou par d'autres voies que l'amour, la don de soi aux autres, le sacrifice de sa vie est comme le reflet dans le miroir de la vie de la victoire du Christ sur la mort, sur le temps, sur le néant.

 

Les chrétiens du monde entier fêtent Pâques, la résurrection du Christ et cette année nos frères juifs fêtent cette même fête qui leur rappelle comment Dieu les la libéré de la servitude en Egypte.

Hier matin, sur France Inter, j'ai suivi un reportage poignant sur les frères trappistes de Tibéride en Algérie, assassinés il y a quelques années.Il partait du témoignage de deux des frères ayant échappé aux Islamistes qui ont kidnappé les frères.Ce fut pour moi comme une relecture de l'évangile du jour.

Je n'ai pas envie de vous relater ici les circonstances de leur enlèvement et les modalités presqu'inconnues de leur mort cinquante neuf jour plus tard. Leurs assassins pour prouver leur forfait ont exhibé leur tête le long d'une route et aujourd'hui les sept frères décédés reposent dans le petit cimetière de leur monastère aujourd'hui entretenu mais inhabité.

Ce qui m'a particulièrement frappé de l'existence de ces moines vivant tout à la fois une vie contemplative en pleine terre musulmane et pourtant extrêmement attentifs aux besoins médicaux, grâce au Père Luc  ou d'autres de la population non chrétienne qui les entourait et fréquentait assidûment le monastère. Or beaucoup de ces frères qui avaient choisi ce genre de vie en Algérie avaient été pour la plupart des personnes extrêmement actives avant d'entrer dans ce monastère. Un des frères par exemple s'occuppait de drogués et de sdf et plusieurs autres avaient eu un comportement semblable très actif dans le monde.

Et pourtant à un moment de leur vie, ils ont choisi de renoncer non seulement à leur engagement actif et tellement utile dans la société pour aller "s'enterrer" en terre non chrétienne d'Afrique et se consacrer uniquement à rencontrer le Christ en union avec leurs frères moines.  Certains vont dire:  c'est fou de renoncer à une vie tellement utile, tellement efficaces pour aller prier et travailler le plus souvent en silence loin de la société qu'ils avaient pourtant si bien servi.

L'apparente inutilité d'une telle vie me fait penser à l'apparente inutilité de l'art pour beaucoup de gens. Se consacrer totalement au beau comme Van Gogh, je dis bien apparente car j'en suis convaincu que  la vie et l'oeuvre d'un peintre épris d'absolu comme Vincent, d'un ermite passionné par Dieu et le désert comme le Père de Foucault et la communauté de Tibérine est une existence riche, très riche de signification.

En pensant à la communauté martyre de l'Algérie, je ne peux m'empêcher  de revoir la dernière Eucharistie de Mgr Romero assassiné par les escadrons de la mort parce qu'il défendait les paysans sans terre et leurs justes revendications contre les brutaux propriétaires terriens qui exploitaient et exploitent sans doute encore le peuple du Salvador.

En revanche, même si la TV et la Radio n'ont cessé de me montrer des reportages ou images de Rome où Benoit XVI en grande pompe fêtait à sa manière la Résurrection du Christ je ne me suis senti en rien entraîné par cette foule pourtant enthousiaste et attachée au Christ.

Hier j'ai une statistique qui m'a fait mal.

 

Il paraît que la proportion des catholiques et d'ailleurs aussi des protestants qui se proposerait de voter à travers Sarkosy pour une societe dominée par le profit, le fric, les privilèges est plus forte que pour les français qui ne se sentent pas chrétiens. Un peu désespérant.

Christ nous l'a dit dans son évocation du jugement dernier. Depuis sa résurrection,  il se fait représenter dans l'humanité d'abord par toutes celles et ceux qui souffrent,  les malades, les prisonniers, les exploités, les torturés, les assassinés et en eux tous Jésus continue sa passion certes mais aussi sa résurrection. N'a-t-il pas dit : "Si le grain ne meurt, il reste seul mais s'il accepte de mourir il porte fruit et je suis plus convaincu que jamais en ce week-end de Pâques qu'à travers les moines de Tibérine, Mgr Romero et tant et tant de martyres religieux ou laïcs victimes du mal qui s'appelle indifférence, intolérance, mépris, exploitation de l'homme par l'homme le Christ continue à souffrir sa Passion mais aussi ne cesse de ressusciter pour acheminer peu à peu l'humanité aujourd'hui tellement meurtrie  vers ce Royaume de Dieu qui est si loin de l'Algérie, de l'Irak, du Congo mais aussi de la Belgique et même, je le crois du Vatican. S'il y a une mondialisation que je souhaite c'est celle de la justice, de la fraternité universelle et je l'espère pour ma part  celle de la réconciliation sans trahison du combat des marxistes pour une société plus humaine  et sans exploitation de l'homme par l'homme et des authentiques disciples du Christ pour une fraternité née de notre filiation à tous vis à vis d'un Dieu Père qui nous a parlé à travers Jésus-Christ.  (9/04/2007)

 

DIEU EST AMOUR

TOUT QUI VIT DANS L'AMOUR

VIT EN DIEU

ET DIEU VIT EN LUI

 

 

 

 

Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article