Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

  

 

 

 

Chartres est célèbre par sa cathédrale, sans doute la plus belle des cathédrales gothiques de France, j'ai essayé de vous partager mon admiration récemment. Mais, grâce à un ami, j'ai eu l'occasion de découvrir une autre curiosité de cette très jolie ville qui a réussi à garder aujourd'hui l'esprit d'un passé très spirituel au sein de cette Beauce qui fut si longtemps le garde-manger de la France.

Dans la proche banlieue, nous avons découvert une petite maisonnette et ses annexes dont l'originalité m'a rappelé mon voyage récent à Barcelone. Quand je suis parti dans la grande ville Catalogne, tant d'amis m'avaient fait l'éloge souvent enflammé de l'œuvre de Gaudi et quand je me suis rendu à son célèbre parc je m'attendais à y trouver un chef d'œuvre exceptionnel et je n'y trouvé personnellement que du fantastique qu’à tort ou à raison j’ai rapproché de Walt Disney. Je dois cependant reconnaître que le serpent ou dragon qui fait le tour de la place principale du parc m'a plu énormément, car il s’agit d’une magnifique œuvre d'art créée avec des déchets  de vaisselle, de poterie de notre civilisation échappés par lui à la poubelle pour entrer  « renés » en quelque sorte en cette immortalité virtuelle que procure l'art.

Et bien l'artiste célébré à Chartres dans ce petit quartier de  la ville n'avait guère de points commun avec Gaudi, c'était un ouvrier né en 1900 Raymond Isidore  pas toujours très estimé par ses employeurs et par ailleurs toujours révolté par les injustices de la vie. Débutant comme mouleur en fonderie, il travailla dans un théâtre, aux chemins de fer puis beaucoup plus tard dans une entreprise charbonnière avant de terminer comme balayeur de cimetière.il commença à réaliser  dans sa trentaine à réaliser des mosaïque à partir de petits débris de verre, de céramique ou de bouteille qu'il trouvait un peu partout. Ainsi comme Gaudi il se mit à anoblir et reculturaliser certains débris de notre civilisation. Mais alors, comme je l'ai dit que j'ai été un peu déçu à Barcelone, n'attendant que peu de cet artiste de quartier j'avoue avoir été épaté par la qualité de son travail artistique et aussi par l'esprit qu'il a insufflé à son œuvre.

A travers toutes les pièces de son humble maisonnée, l'artiste en récupérant beaucoup de vaisselle souvent fleurie, de carrelage multicolore, a transformé chaque mur non seulement en œuvre artistique mais aussi en message spirituel optimiste.

Mais il y a beaucoup plus ; fasciné qu'il était par la merveilleuse cathédrale de sa cité et au-delà d'elle par toutes les belles églises de France il nous les a restitué avec ses matériaux de fortune d'une façon merveilleuse parfois un peu naïve et gauche parfois en revanche avec une minutie professionnelle.

. Je suis encore émerveillé par une splendide assiette très nature brisée initialement  en de tout petits morceaux reconstitués avec génie par l’artiste et qui paradoxalement semble plus merveilleuse dans sa reconstitution que dans son état primitif.

Ailleurs c’est avec un bric à brac invraisemblable que Raymond Isidore a réalisé des fresques très chromatiques

Enfin quand il reproduit la merveilleuse rosace de la Cathédrale avec à la place des vitraux des tessons de bouteilles rappelant plus fidèlement qu'on pourrait le penser les merveilleuses couleurs que nous ont légué les artistes du Moyen-âge j'ai reconnu dans cet humble artiste de quartier la même étincelle de génie que j'avais trouvé dans le serpent de Gaudi

J'imagine que beaucoup de spécialistes de l'art de gausseront de ma comparaison. Peu importe, chacun de nous a le droit de trouver le beau ou le génial là où il le sent et j'en suis sûr dans cette petite maisonnette de Chartres où vécut un homme passionné de beau et je crois aussi du divin est née une œuvre d'une valeur artistique bien plus grande que locale.

Dans sa maisonnette et les annexes qu'il a peu à peu bâties et décorée de fond en comble Raymond Isidore évoqué outre sa ville de Chartres, sa cathédrale aimée, des thèmes bibliques comme le Christ et la Samaritaine, la brebis égarée mais aussi des personnages célèbres comme Lafayette, Pasteur sans oublier des figures plus allégoriques comme le mur de Jérusalem et le trône de l'Esprit du ciel. L'artiste montre aussi son grand talent en peignant des paysages, des personnages très ordinaires comme une femme au chaudron etc. On trouve même dans le jardin un autoportrait de l’artiste, de sa femme et sans doute de ses enfants. En fin de compte, c’est un peu toute notre terre et même le cosmos que l’humble artiste a reconstruit autour de sa vie.

Si vous allez à Chartres, prenez du temps, beaucoup de temps même pour visiter sa splendide cathédrale sans oublier sa crypte (excellent guide !) mais prenez une après-midi pour aller admirer la Maison Picassiette , vous y découvrirez une sorte de vision écologique de l’art avant la lettre comme celle du grand architecte de Barcelone et j’en suis sûr,  vous ne le regretterez pas.

 

 Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article