Catégories

Archives

Publié par BALCHOY


Avec mon ami Marc, j'ai visité cet après-midi le site de Bois-du-luc  près de La Louvière. Comme au Grand Hornu, ou au charbonnage du Bois du Cazier, j'ai repensé à tous ces hommes et femmes venus de toute la Belgique et d'un peu partout en Europe qui ont vécu une vie dure souvent raccourcie par leur travail pour permettre à leurs concitoyens de se chauffer et de mieux vivre notamment après les guerres mondiales.



A bois-du-luc, les maisons des mineurs, témoignages d'un paternalisme qui  y semble un plus respectueux  des travailleurs que dans d'autres endroits ont été très bien restaurées et sont toujours habitées. Je trouve que ces habitations rappellent un peu de la devise française. Sinon  la liberté, peu présente, je crois à la mine, l'égalité entre mineurs et la fraternité.










       





















 Ces deux outils ont sauvé bien des vies en indiquant par exemple  la présence du grisou où en protégeant les hommes lors des chutes de roches.




EXTRAIT DE LISTES DE PERSONNES QUI ONT PERDU LEUR VIE A LA MINE









  Trop nombreux , de tous âges et de toutes origines furent ceux qui perdirent leur vie pour que la notre soit plus riche. Ne les oublions pas !







J'aime ce visage de mineur, ce travailleur si pleinement HOMME, si différent de tous ceux qui  passent leur vie à exploiter leurs frères, à en profiter, voire comme ces marchands de la mort en Angola, des hommes connus politiquement qui sans doute se croient justes et importants dans la société mais qui ne sont que des criminels; comme ce salaud qui se vantait  ce soir au journal parlé d'avoir gagné souvent des millions d'euros à SPECULER  sur des valeurs en baisse.  Cet individu fier de lui, qui risque seulement apparemment de mourir de trop bouffer,jouit  apparemment de plonger  les autres dans la misère. L'argent mal acquis qu'il gagne en Angleterre est même exonéré d'impôt.
Quand je vois des salauds de ce genre,  je comprends mieux  Lénine au début de la révolution bolchevique.

En revanche, je m'incline humblement et avec reconnaissance devant les travailleurs de la mine, ces femmes et ces hommes qui furent de vrais artisans de la solidarité humaine.

Merci, frères et soeurs, vous  qui m'avez si bien chauffé en ma jeunesse souvent au grand risque de votre vie !



Yvan Balchoy
balchoyyvan13@hotmail.com
http://poete-action.ultim-blog.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article