Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

Chaque matin, Europe 1  commente,  me semble-t-il,vigoureusement son virage à droite.  Comment s'en étonner, comme le disait déjà Lénine. Quand une chaine appartient à un capitaliste, comment éviter que son engagement financier ne transpire pas tant soit peu au travers de journalistes  choisis certes au moins indirectement sous son emprise et moins libres qu’ils ne le pensent souvent sincèrement.

 

Agnès Verdier Molinié, face à son adversaire Eric Leboucher, libéral aussi mais moins sectaire sans doute, parlait ce matin du travail dominical ; elle  ne fait pas dans la dentelle.

 

Chantre des patrons, Agnès  n’hésite pas à parler de deux cent mille embauches en cas de travail non seulement dominical mais 365 jours par an et de plus 24 H par jour.

Quand son adversaire idéologique ?  lui fait à juste titre que cette projection est plus que problématique, elle persiste et signe: quand il lui fait remarquer que la liberté des candidats à ce travail tout asymut n'est peut-être pas aussi libre qu’ils le disent, poussés parfois par le choix entre le chômage traité de plus en plus durement et ce travail servile à laquelle beaucoup d'entreprises reviennent avec la nostalgie de son emprise au XIX ème siècle.

 

D’ailleurs soyons clairs, comme le fait remarquer le journaliste associé, celui qui refuse librement de travailler le dimanche risque bien de faire partie de la première fournée de débauchage potentiel.

 

Quand il fait remarquer à Agnès cette dure et implacable vérité, elle ne la nie pas, mais, sans vraiment répondre à son interlocuteur, comme si c’était une vétille,  reprend hardiment son cheval de bataille. C’est être porteur de valeurs dépassées du passé que de s’opposer à cette ouverture des magasins 24 h sur 24 tous les jours de l’an pour donner à nos visiteurs d’outre atlantique ou de la Chine communiste un vision totalement vénale de notre Europe dont pourtant ma petite oreille me suggère que ces visiteurs lointains attendent  peut-être un autre message dont nos cathédrales et nos luttes sociales passées qui ont enthousiasmé autrefois le monde.

Ouvrir tous les commerces perpétuellement pour favoriser ce tourisme imbécile qui veut connaître la France et l'Italie en une journée, c’est une vision terrifiante de ce vingt et une ème siècle, n’écoutons pas ces admirateurs d’une civilisation mercantile que Jésus en son temps, Marx et Zola en le leur ont condamné à juste titre.

 

 

Madame Molinié, vous n’êtes prophétesse que du retour à la barbarie du XIX me siècle. Les ogres patrons (qui ne sont pas tous les patrons j’en conviens aisément mais qui semblent être ceux que vous appréciez) ne sont pas des facteurs de progrès mais du retour à un des pires passé de notre humanité.

 

J’espère qu' Europe 1 aura à cœur de mettre face à vous non un chantre complémentaire du capitalisme mais un vrai opposant à cette idéologie de la marchandisation de toute la création.

Les syndicats dont vous vous  moquez si souvent ont autant leur mot à dire !

 

 C’est peut-être trop demander à nos chaînes d’information ou peut-être de désinformation qui ne sont que les courroies de transmission du capitalisme mondialisé qui  chante  un bonheur collectif  hypothétique né de l’épanouissement sauvage de tous les individualismes forcenés.

 

N’attendons pas qu’il soit trop tard pour fermer nos oreilles à ces journalistes, dont Agnès Molinié, me semble une représentante patentée qui veulent nous agenouiller devant  le nouveau veau d’or hélas plus actuel que jamais.

 

 

 

MISE A JOUR CE 9 MAI 2015

Agnès Verdier Molinié, prête à nous supprimer le SMIG sans grand état d'âme, à licencier des milliers de fonctionnaires qui selon moi sont infiniment plus précieux qu'elle pour la vie de l'Etat et de la nation;  dans un interview récent à propos des 35 heures elle  trouvez acceptable une durée entre 39 et 48 heures, vous avez bien dit 48 heures, Madame Molinié, vraie  égérie du Patronat le plus éculé, chaque recul social vous fait grand sourire.

Bien sûr, ça ne vous révolte guère ou pas du tout  que certains patrons gagnent. rien qu'en entrant dans une entreprise des siècles de salaire d'ouvrier;  avec vous, tout ce qui aide et soulage les plus démunis, c'est du "trop payer".

Vous pensez qu'à donner tous les droits aux patrons, ces derniers généreusement favoriseront leur personnel plutôt que leurs actionnaires. Nenni !

 

Le scandale , Madame la capitaliste qui veut nous ramener à la fin du XIX ème siècle où on fusillait les ouvriers désireux de s'unir pour obtenir des droits qu'aujourd'hui vous cherchez à diminuer lâchement, vous êtes une personne aussi nuisible que Madame Le Pen.

Sachez qu'une grande multitude de ces petits fonctionnaires ou petits salaires, trop couteux à vos yeux myopes de générosité pour le patronat,  valent infiniment plus que vous pour l'enrichissement de la France  qui est aussi culturel et ne doit pas seulement concerner des patrons qui paient parfois moins d'impôts en % que certains ouvriers qualifiés, en gagnant  pourtant cent fois plus qu'eux.

 

VIVEMENT un nouveau Lénine pour nous débarrasser de pseudo-économistes tels que vous, qui préconisez et encensez  l'injustice sociale comme loi économique suprême.

Sachez que le Communisme aura le dernier mot !

 

 

 

 

yvanbalchoy13@gmail.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article