Catégories

Publié par BALCHOY

Grâce à la chaîne de TV "LCI "j'ai pu écouter   longuement Jean LUC Mélanchon au terme d'un colloque avec ses camarades communistes. Bien entendu sur Antenne 2 le soir nous n'avons eu qu'une photo fugace et un commentaire plus exclusif qu'explicatif de ses propos. Je rappelle avec lui qu'il représente au premier tour des élections présidentielle quatre millions d'électeurs.

 

 

Hier soir à l’issue d’un colloque tenu avec, je pense, le parti communiste français, genre « remue méninges », Mélenchon a rappelé vertement au gouvernement socialiste ses promesses en considérant que jusqu’ici il n’a pas été à la hauteur des espérances du  peuple de France.

 

Il a été reproché à Mélenchon ses « vacances » studieuses et joyeuses en Amérique latine notamment dans l’Equateur du président  Rafael Correa et dans le Venezuela  d’Hugo Chavez.

 

Brillant et convainquant orateur le président du parti de gauche a rappelé les 19 élections qui ont eu lieu sous la présidence de Chavez. Il en a gagné 18 sous l’inspection d’observateurs internationaux  et n’en a perdu qu'une seule.

 

Lui n’a pas fait comme son triste homologue de France qui a gommé le refus des français  lors d’un référendum européen en faisant voter par un parlement godillot un  autre traité qui reprenait pour l’essentiel  l’ancien rejeté. C’est un acte de forfaiture de Sarkozy et de son parti de l’argent mal gagné, L’U.M.P.

Il a rappelé qu’avant lui à Caracas les victimes de la cataracte en ce pays, où les richesses du Pétrole ne profitaient qu’à quelques uns, devenaient aveugles mais qu’à présent grâce au dévouement et à la compétence des médecins de Cuba ce fléau est disparu de même que l’analphabétisme qui touchait la majorité de la population.

 

Nos gouvernants libéraux et souvent impérialistes dont beaucoup usurpent le nom de socialiste confondent démocratie et liberté de gagner autant d’argent qu’on le peut, même au détriment d’hommes moins gourmands ou chanceux.

Pour les partis libéraux, c’est clair une société est d’autant plus démocratique qu’elle favorise la  libre entreprise,  la propriété presqu’absolue et la compétitivité qui revient trop souvent à la loi du plus fort. En matière économique les « interdits » financiers y sont réduits le plus possible.

Qu’on le veuille ou non cela revient souvent  à la loi de la jungle.

 

En Amérique latine, à Cuba, au Venezuela  en Equateur et en d’autres pays progressistes, méprisés par nos élites occidentales, rappelle Mélenchon, la révolution sociale s’est traduite,  c’est vrai par un grand frein à l’enrichissement des puissants « voleurs et pilleurs » qui avaient monopolisé comme peu à peu chez nous le pouvoir et la richesse. En revanche  le petit peuple a vu sa vie vraiment améliorée en bien matériels et aussi immatériels comme par exemple la culture et la santé.

 

Mélenchon entend rappeler à François Hollande et aux socialistes leurs promesses et leurs discours d’hier à propos  de cette finance qu’ils allaient « mettre au pas » et qui à présent est invitée avec plein d’égard à l’Elysée alors même qu’elle se signale par la brutalité de plans sociaux injustes.

 

Oui, je retrouve chez le leader du parti de gauche beaucoup d’idées communes avec celles du P.T.B. en Belgique et je rêve qu’un jour ce brillant orateur vienne au pouvoir pour redistribuer les cartes de la vie en retirant aux privilégiés d’aujourd’hui les biens mal acquis en les redistribuant à ceux qui, petits retraités, chômeurs, smicards…. végètent dans notre pseudo paradis capitaliste.

Je pense à ce quartier huppé du XVI arrondissement de Paris où de vrais salopards refusent, en l’attaquant en justice, un projet de logements sociaux pour ne pas de côtoyer de petites gens qui ne sont pas de leur « haut » milieu.

Je suis sûr qu’avec un Mélenchon président, ils seraient vite mis au pas par exemple en doublant ou triplant leur impôt immobilier tant qu’ils maintiendraient leur refus de partager.


Mélenchon a bien fait de visiter des pays en route vers le socialisme plutôt que  de se faire héberger sur la Côte d’Azur avec des politiciens défenseurs des fortunés et de leur sur-sécurité comme par exemple Estrosi, digne voix de son maître indigne.

Je souhaite que demain dans cette majorité qui prétend redonner justice et dignité au peuple français, le parti de gauche ait lui aussi son mot à dire.

 

Ainsi les sacrifiés du capitalisme d’aujourd’hui auront une petite chance, comme leurs camarades d’Amérique latine de vivre relativement mieux et d’avoir davantage leur mot à dire dans la gouvernance de leur pays 

 

http://www.france24.com/fr/20120824-estivales-front-gauche-le-parti-reflechit-a-son-avenir-role-melenchon


http://www.lepoint.fr/politique/le-front-de-gauche-veut-incarner-l-alternative-25-08-2012-1499103_20.php

 

 

Yvan Balchoy

Yvanbalchoy13@gmail.com 

http://poete-action.ultim-blog.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article