Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

INVESTIG'ACTION (MICHEL COLLON)

 



Après avoir coupé l'air à plus de 20.000 grands malades en détresse respiratoire, après la traque des chômeurs et l'exclusion prochaine de près de 25.000 familles, 257.935 invalides 1 (auxquels s'ajoutent des dizaines de milliers de grands malades et malades chroniques) n'auront bientôt plus accès aux soins. Aux commandes Laurette Onkelinx, Vice premier Ministre, ministre de la Santé et des Affaires sociales.
Jeu et enjeux

Concrètement, vous êtes une personne dialysée trois fois par semaine qui DOIT être disponible pour travailler, LE PLUS VITE POSSIBLE, tout le reste de la semaine où vous n'êtes pas à l'hôpital. Concrètement, la catégorie la plus importante des soins maintenant supprimée, vous perdez donc beaucoup plus vite le statut OMNIO ou INAMI (les 66%), vous sortez donc d'une première « caisse de remboursement » donc vous payez le tarif plein pour vos soins, le chauffage, l'électricité, les transports... Le temps de travailler vous avez vos allocations de chômage, inférieures à ce que votre précédent statut vous permettait. Puisque vous êtes gravement malade, ou invalide, il y a fort peu de chances que vous travailliez, si tant est que votre santé vous le permette. Comme vous ne travaillez pas vous perdez vos allocations de chômage, (vous sortez donc d'une seconde « caisse de remboursement ») ce qui influe négativement sur votre vécu face à la maladie... On vous culpabilise parce que vous coûtez cher, et êtes inutile à la société, à vos amis, à votre famille. Vous ne savez bientôt plus faire face aux frais. Vous échouez alors au CPAS (une troisième « caisse de remboursement »), qui dépendent des communes, souvent déjà au bord de la faillite, aux équipes soumises à une pression gigantesque (effectif réduit de manière plus que fréquente) par les vagues énormes et successives des gens perdant leurs allocations de chômage... Des milliers de personnes, déjà en souffrance et en détresse, sont donc jetées au désespoir et dans la plus grande précarité.

 

 

Lire la suite sur le site investig'action de Michel Collon

 

  https://mail.google.com/mail/u/0/?pli=1#inbox/145bc6a87dd17def

 


yvanbalchoy13@gmail.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article