Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par BALCHOY

Reçu par l'entremise de l'association "JET 21


 

 

Nous vous relations en avril dernier, la politique discriminatoire faite par Plopsaland face aux personnes handicapées et plus particulièrement aux enfants.

La discrimination refait surface en wallonie maintenant à Plopsa Coo.

Des élèves qui fréquentent l'enseignement spécialisé à Geer ont été interdit d'accès à certaines attractions dans le parc Plopsa Coo, rapporte vendredi l'édition Huy-Waremme du quotidien La Meuse. Jeudi, lorsqu'ils se sont présentés à l'entrée du parc d'attraction Plopsa Coo, les enseignants de l'école Saint-Joseph de Geer se sont vus signifier une interdiction d'accès à certaines attractions pour les enfants atteints de trisomie.

On leur demande également de porter un brassard rouge, ce que nous trouvons inadmissible.

Il faut une politique respectueuse comme à Walibi et Disney où la personne est respectée et où l'accès n'est pas interdit sur le simple fait qu'on est handicapé mais sur une pathologie qui pourrait compromettre la sécutié de la personne.

Le handicap n'est pas une maladie et si la sécurité doit être évidemment présente, elle doit l'être pour de bonnes raisons et pas sur le simple fait qu'on est handicapé.

Signez la pétition en cliquant sur le lien:

http://www.lapetition.be/en-ligne/Scandale-a-Plopsa-Coo-l...

Rejoingnez également notre groupe Facebook:  Boycott des parcs plopsa

Article de presse:

Scandale à Plopsa Coo: les attractions interdites aux enfants trisomiques



Scandale à Plopsa Coo: les attractions interdites aux enfants trisomiques

Hier, les enseignants d'une école spécialisée de Geer n'en ont pas cru leurs oreilles à leur arrivée au parc d'attraction Plopsa Coo. Le règlement stipule que les enfants atteints de certaines déficiences mentales ne peuvent monter sur les attractions "pour des raisons de sécurité". L'école va porter l'affaire auprès de deux instances. Le parc, lui, parle d'un règlement qui mériterait des "corrections".

01 Juin 2012 20h11

Des élèves qui fréquentent l'enseignement spécialisé à Geer ont été interdit d'accès à certaines attractions dans le parc Plopsa Coo, rapporte vendredi l'édition Huy-Waremme du quotidien La Meuse. Jeudi, lorsqu'ils se sont présentés à l'entrée du parc d'attraction Plopsa Coo, les enseignants de l'école Saint-Joseph de Geer se sont vus signifier une interdiction d'accès à certaines attractions pour les enfants atteints de trisomie.

 

Un règlement d'un organisme indépendant

Selon le manager du parc, Jean-Luc Bertrand, "il s'agit d'un règlement déterminé par un organisme de contrôle indépendant pour des raisons de sécurité", rapporte-il dans les colonnes du quotidien La Meuse, précisant que des corrections à ladite réglementation devraient être apportées.

 

"Discriminatoire"

Les enseignants geerois se disent choqués par cette mesure qu'ils estiment insensée et discriminatoire. "Un enfant trisomique peut être plus apte à fréquenter certaines attractions que d'autres dits normaux", précise un porte-parole de l'école Saint-Joseph, annonçant que des démarches seront entreprises auprès du centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme, ainsi qu'auprès de l'association des parents d'enfants mentalement handicapés (APEMH).

 

Déjà beaucoup de plaintes en Flandre contre Plopsaland

Au centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme, justement, on n'est pas surpris par cette plainte. La réglementation Plopsaland y est connue. "Je pense que le grand nombre de plaintes, au départ surtout en Flandre et maintenant du côté francophone, vient du fait que Plopsaland a fait une règle générale, uniforme, pour tous ses sites, et sans beaucoup d'explications, sans beaucoup de dialogues avec les personnes handicapées physiques et mentales. Et donc je pense que c'est ce qui explique à la fois la stupeur, la colère et un peu l'incompréhension. Et donc notre rôle, c'est d'essayer de trouver des solutions pratiques", expliquait Edouard Delruel du Centre pour l'égalité des chances au micro d'Axelle Noirhomme.

 

Sécurité contre droit fondamental aux loisirs

"Il faut trouver un équilibre entre les impératifs de sécurité, qui sont évidemment tout à fait important et il ne faut absolument pas y déroger, nous le comprenons parfaitement, et puis de l'autre cote le droit fondamental aux loisirs. Il faut savoir que le droit aux loisirs pour les personnes handicapées physiques et mentales c'est un droit reconnu internationalement. On ne considère pas que les loisirs c'est du luxe, non, c'est un droit fondamental de l'être humain. Et puis il y a l'égalité de traitement. Et donc il faut trouver la balance entre la sécurité, qui est évidemment nécessaire, et le droit à l'accès aux loisirs qui est très très important pour les personnes handicapées physiques et mentales", expliquait encore M. Delruel.



Refus d'accès aux enfants handicapés: Plopsaland change son règlement

Le parc Plopsaland va adapter sa politique en matière d'accès à ses attractions pour les handicapés. Il élabore actuellement une liste d'aptitudes nécessaires pour accéder à toutes les attractions. "Tout sera en ordre pour cette saison", explique le groupe samedi dans le quotidien flamand Het Nieuwsblad, au lendemain de la sortie dans la presse du scandale provoqué par le refus d'élèves trisomiques à Plopsa Coo jeudi.

En début de saison, Plopsaland a limité le nombre d'attractions auxquelles les handicapés ont accès, pour des raisons de sécurité, selon Plopsaland. Plusieurs associations estimaient néanmoins les mesures discriminatoires et Plopsaland était également mis sur la sellette par le ministre flamand Pascal Smet, compétent pour l'Egalité des chances.

"Nous travaillons à une liste d'aptitudes", a indiqué le manager du parc Wim Wauters. "Celle-ci énoncera clairement ce que les gens doivent pouvoir faire avant d'entrer dans l'attraction", comme la faculté de pouvoir se tenir avec les mains en permanence, par exemple. "Les accompagnateurs pourront finalement décider ce qu'ils pourront faire ou non. Mais, au bout du compte, nous avons toujours le droit de refuser l'accès".

Le Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme (CECLR) aurait déjà reçu une centaine de plaintes contre la nouvelle politique d'accès pour les handicapés.

 

 

 

yvanbalchoy13@gmail.com

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
<br /> http://www.tripadvisor.fr/ShowUserReviews-g641827-d643924-r188949696-PlopsaLand_De_Panne-De_Panne_West_Flanders_Province.html<br />
Répondre