Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

 

 

 

 

En exonérant la Société générale de toute responsabilité, en un temps où l’informatique est capable de surveiller nos finances jusqu’à notre dernier sou, les juges me semblent fermer coupablement les yeux sur une spéculation très risquée et contraire aux intérêts des clients tant qu’elle faisait gagner de l’argent à la banque et devenue coupable dès qu’elle s’est transformée en perte.

En condamnant le "trader" à rembourser à la Société générale près de cinq milliards d’euros, précisons-le, dont il n’a profité en rien et qui, sans doute étaient plus virtuels que réels, les juges commettent, à mon point de vue une injustice évidente.

 

Une telle somme me semble toujours injustifiée lorsqu’elle concerne une personne individuelle qu’il s’agisse d’un salaire, d’une propriété ou d’une dette.

Je pense donc qu’il est aussi scandaleux de voir Madame Bettancourt ... détenir une fortune de tant de milliards  en un sens « volés » à ses employés payés souvent si modestement que de réclamer à un employé  une somme aussi « inhumaine ». et d’ailleurs impossible à rembourser.

 

S’il y a  un contrôle effectué au niveau de la magistrature sur les actes posés par les juges, j’aimerais que le ou les juges qui ont, à mon point de vue, à ce point  bafoué la justice, soient punis d’une façon ou une autre pour leur incompétence ou leur forfaiture.

 

En se disant satisfaite du verdict, la Société générale, qui, comme ses consœurs a fait perdre beaucoup d’argent à ses clients en se livrant à des spéculations honteuses et manifestement de mauvaise foi devrait reconnaître ses responsabilités. Elle peut, comme les média l’ont dit souvent aujourd’hui, condamner Monsieur Kerviel à rester « pauvre » à vie en exigeant l’apurement de sa dette. Elle peut y renoncer totalement ou partielement et en sortirait grandie.

Je continue à penser qu’il serait  nécessaire dans tous les Etats de mettre à la disposition des citoyens une Banque d’état, ne recherchant pas le profit,  qui se contente de gérer prudemment les biens de ses concitoyens.

Il me semble qu’on pourrait  aussi souhaiter une autre justice, plus indépendante du pouvoir et des affaires, mais n’est-ce pas là un rêve utopique dans nos sociétés capitalistes ?

 

 

Quant au sort de Jérôme Kerviel, si la somme que lui réclame la justice est plus que stupide, je n’en dirai pas autant des trois ans de prison qu’il mérite peut-être, surtout si on compare cette peine à celle que des citoyens ordinaires endurent parfois pour des délits mineurs.

 

Décidément en cette affaire concernant un petit voyou financier, je pense que la Société Générale et le tribunal de Paris concerné peuvent difficilement dire que « Justice est faite. »

 

 

Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article