Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

 

 

 

 

Lors de sa dernière intervention à la télévision Française, Sarkozy a nié véhémentement avoir reçu de l’argent de Madame Bettancourt pour le financement de sa dernière élection Présidentielle.

 

Il n’a pas utilisé l’adjectif « Abracadabrantesque » que Chirac avait emprunté pour désamorcer le testament de Jean Claude Mery qui le mettait directement en question à propos des financements illégaux du RPR.

 

Dans le domaine de la  justice, il est permis de condamner, autrefois même à la peine de mort,  sur la base d’une intime conviction.

 

Chirac, devenu le premier pique-assiette de France, qui avait réussi à se faire élire sur la fracture sociale pour le rejeter ensuite inélégamment, une fois élu,  de sa politique a peut-être réussi à retarder sa mise en examen par l’emploi de cet adjectif littéraire. Il n’en demeure pas moins que si je faisais partie d’un jury populaire chargé de juger si oui ou non il a violé les lois d’un sain financement politique, même sans preuve matérielle, je le condamnerais sans hésitation  coupable car j’ai l’intime conviction que ex-président n’était pas très regardant au plan de l’honnêteté des financements de son parti.


 

Depuis Chirac j’ai envie de dire qu’abracadabrantesque ne signifie plus invraisemblable mais considère comme  scandaleuse une attaque même fondée  contre un chef d’Etat.

Quand Sarkozy trouve simplement "honteux" qu’on l’accuse d’avoir touché des enveloppes de Madame Bettancourt,   j’ai la même conviction intime  (sans preuve matérielle, c'est vrai) que sa négation n’est pas plus sincère que celle de Chirac.

 

En fait pour ces chefs d’état si rapides pour juger les indélicatesses des plus petits, l’important c’est le « pas vu, pas pris ».

 

Or il est extrêmement difficile de prouver une remise d’argent liquide. Des indélicats comme Chirac ou Sarkozy, échappent le plus souvent à la justice non parce que les accusations qu’on porte contre eux sont fausses mais simplement parce qu’on ne peut en trouver une preuve matérielle malgré le faisceau de présomptions qui suffirait à condamner un prévenu ordinaire, que bien entendu ils ne sont pas.

 

Non Monsieur Sarkozy, ce n’est pas honteux de penser que de l’argent illégal a été versé pour tricher  lors des élections présidentielles, les nombreux témoignages qui vous concernent sont très vraisemblables mais quand on est, via un Procureur général ou certains ministres la vrai clé de voûte du ministère de la justice, il est facile via un gros mot ou une pseudo-indignation d’échapper aux conséquences de certains actes délictueux commis par soi et/ou son parti.

 

 

Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article