Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

 

 

 

 

BENDA-BILILI.jpg

 

 

 

 

Hier, au travers d'une salle de cinéma Bruxelloise, j'ai fait un merveilleux voyage.

J'ai découvert Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo,sûrement  bien mieux que si j'y avais été avec quelque agence touristique.

Je croyais écouter pendant une heure et demie de l'excellente musique congolaise.

Ce fut bien le cas, mais ce film à l'allure d'un excellent documentaire m'a apporté bien plus.

 

C'est l'histoire d'une petite bande composée en grande partie d'handicapés  polios vivant dans cette  ville gigantesque  où  la débrouillardise est la nécessité première.

 

Cette  mégapole est la Capitale du l'ex-Congo Belge,  malmenée  depuis 50 ans par certains de ses dirigeants, par la Belgique, son ex-puissance coloniale et les grandes puissances occidentales.

 

Au début du film, un jeune, à voix basse, revendique sa capacité à voler un européen et ne voit d'autre moyen de subsister  dans cette cité aussi sale que chaleureuse qu'à travers un certaine une certaine violence et le refus totale des lois qui assurent au seuls et rares nantis la possibilité de vivre bien.

 

Mais nous rencontrons bientôt une bande sympathique composée en grande partie d'handicapés polios qui se sont groupés au nom de la musique avec des moyens très faibles mais une qualité musicale très haute.

 

 

 

J'aime le style de ces chansons, où à travers le rythme et la musicalité de l'Afrique, ils véhicule un message totalement opposé à celui du jeune évoqué au début du film.

 

S'ils chantent l'amour et l'amitié, il leur arrive souvent d'exprimer la réalité de leur vie d'handicapés dans un monde si dur, sans jamais tomber dans le pathos mais avec un optimisme incroyable et aussi une volonté d'exhorter leurs concitoyens à vivre mieux, par exemple, à éviter des maladies comme la leur ou le sida.

 

Des Européens les remarquent et leur fournissent peu à peu le moyen de disposer d'instruments de meilleure qualité et de se faire connaître.

 

Bien entendu, le succès ne fut pas toute de suite au rendez-vous et leurs "anges gardiens" occidentaux durent les abandonner un moment et retourner en Europe  pour pouvoir continuer à les aider financièrement.

 

Deux ans plus tard, toujours unis, ils enregistraient avec eux  dans un zoo minable leur premier disque.

Ce fut vite  un grand succès, d'abord bien entendu et ce n'est que justice dans leur grande ville, où la musique compte tellement.

 

Mais la qualité de leurs prestation dépassa bientôt les frontières du Congo et se fit connaître en Europe.

 

A la fin du film, nous les voyons en France puis dans d'autres capitales Européennes rencontrer enfin le grand ssuccès qu'ils méritaient tant !

 

Je compte étoffer à l'avenir davantage cet article et vous livrer quelques paroles magnifiques de leurs chansons.

 

En tout cas, si vous voulez passer un bon moment dans une salle obscuire, n'hésitez pas allez voir "STAFF BENDA BILILI", vous ne le regretterez pas !

 


 

Yvan Balchoy

yvanbalchoy13@gmail.com

http://poete-action.ultim-blog.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article