Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

 

Il venait de tirer sa « Libre » de sa serviette quand un jeune homme de haute taille, aux cheveux longs, vêtu, comme aurait dit sa mère, comme un « as de pique », fit irruption dans le compartiment et, s’installant face à Ghislain ; l’interpella vivement :

 

 

 

            -Salut, quel fichu temps, n’est-ce pas ! Tiens, vous lisez « La libre Belgique », c’est un canard bien fait, je ne dirai pas le contraire, mais, quelle mauvaise foi ! moi, ça me donne des boutons de lire plus de dix lignes de ce sale canard. »

 

 

 

Ghislain avait horreur de ces « m’as-tu-vu » qui s’imaginent que tous et chacun est intéressé par leurs lubies personnelles. Surmontant la violente antipathie qu’il ressentait pour cet intrus impoli, il lui répondit poliment :

 

 

 

            -« A chacun ses idées, n’est-ce pas, excusez-moi, je suis très fatigué et je n’ai aucune envie de m’engager dans une discussion qui, j’en suis certain, ne vous fera pas changer d’un iota vos opinions politiques et journalistiques. »

 

 

 

Et relevant ostensiblement son journal devant lui, comme un écran protecteur, le biologiste se plongea dans la page littéraire au grand dam de son vis-à-vis qui, vexé, se mit à siffler d’un ait dédaigneux.

En lisant sans passion un commentaire sévère sur le dernier prix Goncourt, Ghislain ne pouvait s’empêcher de jeter un œil discret sur le « casse-pied » en face toujours de méchante humeur tout en feignant regarder le paysage à sa droite où à travers le couloir de gauche.

Une grande ferme carrée très typique de la région lui annonça l’arrivée prochaine à Gembloux, il referma posément son journal et le replia dans sa serviette.

Brusquement »elle » passa devant son compartiment, il n’avait vu qu’une silhouette gracieuse passant à toute allure et pourtant, il en était sûr, c’était bien sa jolie inconnue du mois passé.

Il n’hésita pas une seconde : empoignant sa serviette et son loden, pendu derrière lui,  il se lança à la poursuite de celle qu’il retrouvait au moment même où il n’y croyait pour ainsi dire plus.

Le temps de faire irruption dans le couloir, elle avait disparu. Le train freinait déjà, on entrait en gare. Il fallait faire vite ! Ouvrant successivement chaque compartiment, il en inspectait les occupants qui lui parurent aussi insipides qu’insignifiants.

Passant à la voiture suivante, il eut juste le temps de voir celle qu’il recherchait entrer calmement dans le dernier compartiment, il s’y précipita.

Il était bondé et il ne restait qu’une toute petite place à côté de la jeune femme. Tour rouge et essoufflé, il s’avança en s’excusant :

 

 

 

            -« Pardon, Madame, Monsieur ! »

Et il s’intercala péniblement entre un militaire de carrière ventripotent qui lui fit la greule et son héroïne qui lui adressa son plus gracieux sourire.

Il avait beau se faire le plus mince qu’il pouvait – il ne l’était plus comme à ses vingt ans – il sentait tout contre sa taille la douce chaleur du corps de sa charmante voisine en même temps que l’odeur si désagréable du tabac froid qui se dégageait de l’uniforme de son voisin. Il s’en écarta instinctivement ce qui bien entendu le rapprocha d’autant de sa voisine.

Le train stoppa dans un grand sifflement : il était arrivé ! Il lui fallait descendre pour rejoindre son Institut. Pourtant il n’hésita pas un seul instant et resta immobile sur son siège.

Zut, juste à ce moment-là arriva le collègue qu’il accompagnait souvent ; il le salua à travers la vitre et fit mine de l’attendre. Gêné, Ghislain lui fit signe qu’il devait poursuivre sa route. Etonné, son compagnon haussa les épaules, lui lança un regard un peu équivoque en fixant sa voisine puis s’éloigna sans rien dire.

Avec lui disparaissait la dernière excuse qu’il avait imaginée pour justifier son absence ou tout au moins son, retard : une méchante fièvre. Il lui faudrait trouver mieux !

Le sort en était jeté, les caténaires de la gare commencèrent à reculer doucement, le train reprenait sa route vers Ottignies et Bruxelles.

 

 

(à suivre)

Yvan Balchoy

balchoy@belgacom.net

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article