Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

            -« Et toi, chérie, j’espère que tu ne t’es pas trop ennuyée à la maison. »

 

 

 

            -« Tu sais que je n’ai rien à y faire ; le linge se lave et se redresse tout seul ; pendant nos courses, les pommes de terre, une fois qu’elles se seront épluchées se mettront sur le gaz dans la casserole pour le souper. »

 

 

 

-« Décidément, chérie, tu as toujours le mot pour rire. Je sais que tu ne perds pas une seconde de ton temps. A vrai dire, ma journée a été passionnante ; je crois avoir beaucoup progressé dans mes recherches. As-tu la liste des courses ? »

 

 

 

 

 

 

Elle l’avait bien entendu et toute la famille arpenta bientôt les couloirs surchargés et surpeuplés de la grande surface, nouvelle cathédrale matérialiste du vingtième siècle.

 

 

 

Tandis que Ria, son épouse, achetait le nécessaire et l’utile, Ghislain Mignolet suivait ses enfants émerveillés et énervés dans le paradis des jouets abondants en cette fin d’année ; il leur acheta même une babiole à tous deux pour calmer leur appétit féroce ; s’il les avait écoutés, il aurait acheté la moitié du rayon « Jouets ».

 

 

 

Après l’interminable attente aux caisses, insupportable pour Ghislain, qui supportait difficilement cette forme d’inaction, la famille regagna sa belle demeure.

 

 

 

Après l’excellent souper, servi en un tour de main par Ria, fin cordon bleu, les enfants furent envoyés au lit tandis que Ghislain, à côté de son épouse, en train de tricoter, regardait avec passion un « Maigret ».

 

 

 

A la fin du film, tous deux sagement allèrent se coucher : au lit ils s’embrassèrent gentiment ; tandis que son épouse sombrait presque immédiatement dans le sommeil, Ghislain feuilleta, comme tous les soirs, une revue entomologique pendant quelques minutes avant de céder lui aussi au sommeil.

 

 

 

La journée, qui ainsi se terminait paisiblement était bien à l’image de leur couple uni certes mais où la passion avait depuis longtemps cédé la place à une affection qui comblait sans doute davantage Ria que son époux.

 

 

 

 

 

 

Il y avait quelques mois que le couple Mignolet avait fêté joyeusement ses quinze ans de mariage, une union sans histoire entre le jeune diplômée en biologie de l’université de Lièges et la brillante Ria van den Breed, économiste de l’université de Nijmegen, qui n’avait jamais voulu exercer en Belgique une autre profession que c<elle d’épouse puis de mère de deux charmants enfants, Gisèle née après trois ans de mariage, puis Nicolas, venu au monde quelques vingt mois plus tard.

 

 

 

 

 

 

Certes tout ne fut pas toujours facile entre le jeune biologiste, engagé dans une multitude de mouvements allant du pacifisme militant au club informatique de son quartier et Ria, très attachée à son intérieur et aux valeurs familiales traditionnelles.

 

 

Cependant, grâce à des concessions réciproques, le couple avait réussi à trouver une certaine harmonie même si celle-ci était plus visible que profonde.

à suivre

Yvan Balchoy

balchoy@belgacom.net

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article