Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

J'ai pu revoir   cette scène par deux fois ces jours-ci lors des émission annonçant le procès d’Yvan Colonna. Fier comme Artaban, le nouveau Président de la France s’écrie sans hésitation : « L’assassin du Préfet Erignac vient d’être arrêté. »

 

 

 

 

Quel que soit la culpabilité non prouvée d’ailleurs du berger corse qui nie avec l’appui de ses compagnons de lutte qui l’innocentent – un d’entre eux s’accuse d’ailleurs du meurtre – Sarkosy, en parlant comme il l’a fait,  a enfreint la loi avec comme circonstance aggravante qu’il parlait comme ministre de la République et qui plus est à la télévision à des millions de français.

 

 

Usant de ses droits de citoyen présumé innocent, Colonna a  porté à juste titre plainte pour cette diffamation publique. Il devait être entendu et le Ministre de la justice réprimandé par la justice pour ce délit.

 

 

 

 

Je n’éprouve aucune sympathie pour les lâches qui au nom d’un nationalisme éculé tuent souvent gratuitement et s’attaquent le plus souvent à des innocents. Celui qui a tué le Préfet doit payer et très cher son crime. Mais tant qu’on ne connaît pas son nom, il n’est pas permis d’appeler « assassin » un homme qui se dit innocent  et vis-à-vis duquel la Police manifestement manque de preuves évidentes.

 

 

 

 

Signe d’une dégradation notoire de la justice française, un juge, devant ce cas si manifeste, a blanchi le ministre de l’intérieur et condamné Colonna aux dépens. C’est à mes yeux un acte de forfaiture qui aurait du être sanctionné par les magistrats qui ont pour mission de veiller à la régularité des actes judiciaires.

 

 

Mais il y a des juges qui manifestement se veulent au service du pouvoir établi.

 

 

.

 

 

 

 

Je ne crois pas, à l’ouverture du procès de Colonna, que la justice soit cette fois mieux barrée. A mon avis il est condamné d’avance pour des raisons politiques d’abord parce qu’il s’est soustrait

 

 

Il faut que l’assassin du Préfet Erignac soit condamné, c’est vrai, mais à condition que le condamné soit le vrai coupable. J’ai bien peur  qu’à la fin du procès on condamne un homme pour assassinat sans preuve.

 

 

Ce soir à la TV, lors d’une rencontre de pécheurs, si je ne me trompe on a vu le Président Sarkosy interpellé violemment  sur l’inconvenante augmentation de salaire qu’il s’est octroyée, pas inconvenante en soi car un tel salaire à son niveau peut se justifier mais scandaleuse parce qu’il vient de refuser à des millions de gagne-petit une augmentation combien plus nécessaire du Smic. Je comprends ce citoyen excédé et en regardant la fureur non contrôlée du Président de la République, à la limite  d’un coup de poing ou d’une menace de poursuite judiciaire comme il l’a fait contre des étudiants quelque peu irrévérencieux dans leurs affiche.

 

 

 Je pense à cette réflexion de François Kahn qui n’a pas hésité à utiliser l’adjectif « Fou » pour désigner une partie du caractère impétueux de l’homme qui par malheur , je le crois en tout cas, a pour charge de veiller à la sécurité nucléaire de la France.

 

 

 

 

 

 

Ces jours-ci, j’ose espérer malgré plutôt qu’à cause de la présence  de l’actuelle Ministre de la justice,  plus silencieuse pour certains salauds, comme sont qui se sont sucrés en initiés et  font partie des amitiés du Président que pour ses frères délictueux., je veux croire que Colonna aura cette fois un procès juste. S’il est  vraiment coupable qu’il soit puni très sévèrement, si on ne peut prouver sa culpabilité que la justice en tienne compte..

 

 

 

 

Ce soit où j’écris ce petit mot, la troisième chaîne passe ce splendide film, »la tranchée des espoirs », qui démontre par le concret l’absurdité de la guerre, message combien encore actuel aujourd’hui. 

Yvan Balchoy

balchoy@belgacom.net 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article