Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

En Belgique au niveau des hommes et des partis politiques rien ne va plus. La législation linguisitique comme une boussole qui a perdu le nord est devenue stupide et imbécile.

Je comprends la rage des néerlandophones de Bruxelles quand ils sont obligés dans leur capitale (car Bruxelles d'abord capitale de la Belgique et des Belges est aussi sinon la capitale de la Flandre (NON !) assurément aussi la capitale des flamands) de parler français pour acheter du pain ou se faire soigner à l'hopital. Il faut que cela change et que le bilinguisme de la capitale de l'Europe ne soit plus un principe mais un fait.

 

Il est aussi absurde et irrationnel que le ring (boulevard périphérique de Bruxelles) qui touche souvent la frontière linguistique et qui est bien sûr sert surtout à la ville soit unilingue flamand à cause de cette frontière qu'on a située stupidement entre lui et la cité. Du coup cette artère super-importante, utilisée sans doute par une majorité ou une forte minorité de francophone ne comporte un affichage qu'en néerlandais même quand il s'agit de mise en garde de sécurité qui peuvent mettre en danger la vie des automobilistes.  C'est une forme de non assistance à personnes en danger.

 

Ainis, il est clair que dans les querelles linguisitiques les torts sosnt partagés et la solution n'est pas dans le durcissement des lois linguisitiques mais dans leur humanisation partagée. Hélas le principal parti flamand, parti se disant soit disant attaché à l'hériotage chrétien est entraîné par un petit parti extrêmiste et voulant la destruction de l'Etat Belge dans une attitude sectaire et droitisme à l'extrême.En voulant scinder un arrondissment hybride celui de Hal Vilvoorde, ce qui me semble admissible, faute de reconnaître certains droits européens assurés aux minorité, la communauté néerlandophone prive de ses droits acquis plus d'une centaine de milliers de francophones qui vivent bien entendu en Flandre mais aussi dans la banlieue de la capitale Bruxelles. Il suffirait pour que ceux-ci aient encore la possiobilité de voter à certaines élections pour des candidats de leur choix, soit de leur reconnaître le statut européen de minorité en leur assurant par exemple un nombre d'élus assurés comme c'est le cas pour les flamands de Bruxelles, soit meilleure solution sans doute de créer un district national de quelques dizaines de députés ou sénatuers élus par toute la Belgique ce qui permettrait à un francophone de Hal de choisir encore à certaines élections un mandataire francophone de son choixou à un flamand d'Anvers de voter pour un francophone qu'il estime à Namur. J'ajouterai à cela qu'il faudrait assurer à ces francophones  à la fois bruxellois de fait et habitant en Flandre de fait (sans devenir pour autant flamands) la possibilité de continuer à être jugés en Français, s'ils le désirent,  comme c'est le cas aujourd'hui.

Ainsi les deux aspirations bonne volonté que "l'incivique" (au regard de l'Etat Belge) Bart Dewever, responsable d'un mini-parti, s'obstine à refuser car son but est de casser la Belgique et toute réconciliation entre les Belges du Sud et du Nord. Ce n'est pas à mon avsi la Belgique qui doit "crever" comme ses partisans parfois le disent mais son parti qui n'est que destructeur et négatif.

 

J'espère que wallons et flamands réussiront à neutraliser leurs extrémistes à chacun pour qu'un nouveau pacte soit signé entre les Belges et surtout que cette fois la parole donnée (comme par exemple celle des flamands recevant il y a longtemps  la fixation des frontières linguisitiques contre les facilités pour les francophones dans 6 communes flamandes de l'agglomération bruxelloise) soit désormais un impératif pour chaque communauté.

 

 

Yvan Balchoy

balchoy@belgacom.net

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article