Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

Aujourd'hui Sarkosy reçoit le papa du petit garçon Enis victime de sévices sexuels à Roubaix et retrouvé très vite grâce au système d'alarmes mis au point en France, un peu sur un modèle américain à travers tous les médias possibles.

En recevant ce papa c'est un peu tous les parents ainsi que toutes les enfants victimes injustement frappés qu'il reçoit en exprimant en même temps sa volonté de rendre plus efficace les lois qui répriment ce genre abominable de méfait.  Il y a sans doute des cas - celui des tueurs en série par exemple où la justice jointe à la médecine sont hélas obligés de reconnaître leur impuissance à guérir ou à empêcher une récidive intolérable. Bien entendu il faut toujours avec le consentement de l'individu chaque fois que c'est possible utiliser tous les moyens thérapeutiques ou judiciaires pour empêcher ces funestes rechutes. La castration chimique à tout le  moins acceptée, le bracelet électronique peuvent être utiles.

Il n'en demeure pas moins que dans un certain nombre de cas, toute libération même surveillée serait parfois un risque trop important pour la société. Faut-il en ce cas punir à une perpétuité réelle ces criminels qui, une fois leur peine purgée restent des malades socialement dangereux?

Peut-être faudrait-il faire preuve d'imagination créatrice et imaginer pour ces eux comme alternative à la prison à vie le séjour sans limites dans des centres certes fermés mais vastes et étendus pour ne pas pouvoir être assimilés à un centre d'arrêt, avec la faculté d'y mener une vie la plus proche possible de la liberté, vivre en couple éventuellement, avoir un travail rémunéré, un vrai domicile, des loisirs avec bien entendu des soins de santé adaptés.

Une telle solution ne serait en rien un bagne puisque mis à part l'impossibilité de retrouver la société ordinaire aussi dangereuse pour eux que pour ses membres, ces ex-criminels pourraient mener la vie et les plaisirs de monsieur tout le monde.

Pour revenir à notre violeur à Roubaix, lui donner du viagra  est une aberration. Encore faut-il attendre les résultats de l'enquête avant d'accabler un médecin car cet excitant sexuel aujourd'hui peut s'acheter via Internet ou même parfois dans la rue.

Je pense donc que Sarkosy en recevant ce papa montre l'importance qu'il accorde à la jeunesse blessée moralement et aux familles concernées.

Je ne puis cependant  ni ne veux oublier le petit Yvan, toujours dans coma suite à une agression indiscutable et inqualifiable de forces de l'ordre utilisant des moyens disproportionnés pour résoudre un problème d'asile.

 QBien entendu il n'est pas dans mes intentions de mettre dans la même catégorie un violeur et un policier brutal.

Mais quand un policier dit à la T.V. qu'il n'est pour rien dans ce qui est arrivé à l'enfant, puisqu'au moment des faits il n'était pas encore dans la maison ou l'appartement,  il est un fameux hypocrite car le serrurier était sur place pour violer la serrure et les flics n'attendaient que son intervention pour envahir la maison, arrêter et renvoyer peut-être dans l'inquiétante et martyre Tchétchénie ces innocents.

 

L'ouverture manifestée jusqu'ici et dont la visite à Bagdad de cet autre valet de Bush qu'est devenu le félon Kouchner après le scandale de son étude favorable à Total en Birmanie est une supercherie mais l'écoute de cette famille de sans papier qui souffre tant à cause de la politique brutale et inhumaine du Ministre de l'expulsion serait un ouverture d'un tout autre type et une espérence pour le meilleur respect  des droits humains en France.

C'est bien nécessaire car aujourd'hui encore dans le journal "Libération " une expulsion inqualifiable et digne des méthodes nazies est encore racontée par un voyageur honteux à juste titre de la politique sécuritaire de son pays.

 Monsieur le Président de la République aurez-vous le courage et l'honneur de recevoir cet autre papa et cette autre famille martyrisée socialement pour qu'ici aussi justice se fasse.

 

 

 

 Yvan Balchoy

 balchoy@belgacom.net

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article