Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

 Je l'avais pressenti dans un article récent. La décision du petit gesticulateur français d'aller passer ses vacances aux USA à un saut de puce d'une résidence d'été des Bush n'est pas innocente.

J'y vois, qu'il le veuille ou non comme un signe d'allégeance du président français et à travers lui hélas de son pays vis à vis du pays de l'Oncle Sam.

Le séjour de vacances des Sarkosy dont le coût, disent certains journalistes dépasse ses rémunérations annuelles démontre bien où va sa sympathie et ses amitiés. Rien d'étonnant à ce qu'il transcrive jusque dans la législation fiscale française ses préférences. Il avait donné pour consigne à ses ministres de rester joignable et de ne pas trop s'éloigner. Apparemment il a pris pas mal de liberté face à cette exigence. Passons. Qu'il se soit faché tout rouge en n'hésitant pas à sauter sur un bateau de journalistes qui le traquait et à interpeller en français des américains très étonnés et n'y comprenant sans doute pas grand chose, est assez paradoxal car ces journalistes étaient dans leur pays où le français n'est pas langue officielle et puis en s'exposant sur la côte américain,e dans une station si huppée, la présence de la presse était innévitable. Cette colère présidentielle n'a rien à voir avec celle devenue célèbre de Chirac à Jérusalem qui voulait laisser les jeunes arabes le rencontrer malgré les policiers israéliens qui ne sont d'ailleurs là-bas que des occupants illégaux.

La maladie qui semble tout de même un peu diplomatique de Cécilia et de son fils serait-elle un signe qu'au sein même de la famille Sarkosy il y a un peu de réticence à fréquenter l'infréquentable Président des USA.En ce cas un bon signe !

 

Venons-en à cette rencontre qui s'est produite avec près d'une heure de retard sans provoquer la colère de Bush. Que Sarkosy ait rappelé le secrifice des GI pour la libération de la France il y a plus de soixante ans c'est tout à son honneur et rien ne pourra jamais faire oublier cette page lumineuse entre les USA et la France.

Mais depuis lors beaucoup d'eau a coulé. Au Vietnam les américains ont commis une guerre cruelle et criminelle. En Amérique du Sud des Présidents américains ont favorisé des dictatures sanglantes et fascistes en aidant des généraux dictateurs etc. etc.

 Plus près de nous avec le boucher Bush (j'aurais presqu'envie de parler des bouchers) les USA ont déclanché une guerre illégale et injuste plus contre le l'Irak que contre son dictateur qui avait d'ailleurs été l'allié des USA en autres dans des actions qui lui sont aujourd'hui reprochées comme des crimes.

Que Sarkosy se comporte à son égard comme un vieil ami qu'on étreint sans réserve est plus que gênant car Bush est qu'on le veuille ou non un criminel de guerre,  responsable de la mort de minimum des dizaines de milliers d'innocents, un homme qui n'a jamais fait grand cas de la vie humaine tant comme gouverneur du Texas où il s'illustra par de très nombreuses et parfois injustes exécutions qu'il laissa faire sans aucune compassion et parfols avec une légèreté dégoutante.

 Donner la main et plaisanter avec ce bourreau aussi peu cultivé que sensible c'est se rendre un peu complice de ses crimes et pour ma part je n'ai pas été très étonné que Sarkosy ait parlé de l'Irak comme une querelle passée ce qui est particulièrement grave et injurieux pour l'ensemble du peuple français qui, je le crois sincèrement, ne suit pas son leader du moment jusque là.

Mais Sarkosy est tellement persuadé de représenter la France à travers ses options personnelles qu'il est sincèrement convaincu et ici à tort je crois que la majorité des français le suit ici aussi. Il est vrai que certains instituts de sondage liés  entre autres à un journal dominical exercent plus une pression sur l'opinion française  plutôt que de la représenter d'une façon totalement objective. Les sondages n'ont-ils pas pour but désormais autant de guider l'opinion que de la refléter fidèlement. Dans le capitalisme où tout se vend et s'achète les sondages sont une marchandise comme une autre et je suis très sceptique sur la manière dont certains instituts payés par les partisans de la droite les utilisent

 

En conclusion, si je trouve légèrement regrettable le choix de vacances de Sarkosy, son entrevue souriante avec le criminel Bush est une lourde faute dont il devra bien tôt ou tard répondre devant son peuple qu'il a compromis ainsi !

 

 

Yvan Balchoy

balchoy@belgacom.net.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article