Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

Des trois hommes qui pénétrèrent dans leur prison, Ghislain en connaissait deux, le métèque qui le gardait ce soir-là, la barman qui l'avait si grossièrement éconduit du bar. Il devina de suite de le troisième personnage détenait la clé de leur destin.

 

 

 

 

 

 

            Plus élégant que beau ce personnage, d'une cinquantaine d'années, au visage coiffé en brosse, exprimait une volonté farouche prête à tout pour atteindre ses fins. Ses mains fines et soignées, son complet très british le différenciait nettement de ses complices qu'il traitait d'ailleurs sans égard.

 

 

 

 

 

 

            Il s'adressa d'abord à Solange, el lui arrachant son baillon dans une langue apparemment slave ; la jeune fille, en le défiant courageusement du regard, refusa de lui répondre, ce qui le mit en rage. Il fit un geste menaçant mais se retint juste à temps.

 

 

 

 

 

 

            Il se tourna alors vers Ghislain et s'adressa à lui avec  un tout léger accent :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            -"Je regrette, monsieur, que voitre stupide entêtement amoureux vous ai conduit ici. J'avais donné des ordres stricts pour vous dissuader énergiquement de fréquenter mademoiselle, qui ne pouvait vous apporter que des ennuis. Vous avez choiside nous défier. C'était courageux de votre part mais vous avez perdu et aujourd'hui vous allez payer votre bravoure imbécile.

 

 

 

 

 

 

            Je ne puis prendre le risque de vous lacher dans la nature; les intérets en jeu sont trop importants !"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            -"Qu'allez-vous faire de nous ? Vous savez, j'ai laissé une lettre chez moi à ouvrir en cas de disparition ou d'accident."

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            -"Peut-être, encore que je ne vous crois pas. De toute façon, personne ici ne vous a vus et j'ai mis au point un scénario qui me met à l'abri de telles accusations.

 

 

 

 

 

 

            Peter, montre-nous cequ'on vous a préparé."

 

 

 

 

 

 

            Le barman sortit alors de sa poche deux pochettes contenant chacune une seringue.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            -"Vous voyez, mes jolis amoureux, ces seringues vont vous envoyer tous deux en l'air de façon définitive grâce à une overdose que tous prendront pour une version moderne du suicide de Roméo et Juliette. Là où nous allons vous conduire, dans les Hautes Fagnes, on mettre sûrement plusieurs jours sinon des demaines avant de vous retrouver."

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            -"Espèce de salaud", s'écria Ghislain, "je suis suivi par la police qui me soupçonne d'être de connivence avec vous. Si je disparais, je ne vous donne pas vingt-quatre heures avant de recevoir la visite des ces messieurs."

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            En proférant ces menaces, Ghislain tentait crânement sa chance, sans trop y croire. Quant à Solange, elle se contentait de fixer avec mépris le chef ddes trafiquants.

 

 

 

 

 

 

            Ce dernier, sous l'effet des injures du jeune garçon, pâlit de rage mais réussit tout juste à se contenir.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            -"Je vous répète que je ne vous crois pas; de toute façon, nous n'avons plus le choix. C'est vous ou nous ! Notre choix est vite fait !

 

 

 

 

 

 

            Puis se tournant vers ses deux acolythes :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            -"Au travail, messieurs, il est temps de porter ces deux colis à la cmaionnette, en veillant à ce qu'ils ne fassent pas trop de bruit."

 

 

 

 

 

 

            Il sortit desa poche un petit flacon et du coton hydrophile et le tendit au barman.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            -"Rassurez-vous, pour l'instant ce n'est que du chloroforme qui va vous endormir juste le temps de vous transporter dehors. Les affaires sérieuses c'est pour tout à l'heure !"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            Le garçon répandit quelques gouttes sur un tampon de ouatte et s'avança vers Solange. Celle-ci fit mine de résister en s'adressant à Ghislain.

 

 

 

 

 

 

            "Pardon, copin, je ne voulais pas t'entraîner ainsi"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            Mais l'individu la fit taire en lui appliquant aussitôt avec force le soporifique sur la bouche et le nez et en quelques secondes sa tête roula sur ses épaules.

 

 

 

 

 

 

            Pendant ce temps-là Ghislain s'en prit violemment au chef de la bande :

 

 

 

 

 

 

            -"Vous n'êtes qu'un immonde lâche, salaud, une crapule puante. Si jamais je vous retrouve un jour sur mon chemin, vous regretterez amèrement ce qui s'est ..."

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Baillonné à son tourt à l'aide tu tampon, le jeune étudiant ne peut terminer son invective et perdit à son tour connaissance.

 

 

 

 

 

 

           

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            Tout était noir, tout était froid et hostile. Peu à peu Ghislain émergeait de l'inconscience par bribes éparses.

 

 

 

 

 

 

            Un objet pointu s'enfonçant dans sa cuisse, sa tête heurtant sporadiquement une paroi métallique, un courant d'air lui soufflant sur le visage.

 

 

 

 

 

 

            Toutes ces sensations désagréables se suivaient en son cerveau engourdi sans qu'il réussisse à en faire la synthèse.

 

 

 

 

 

 

            Cependant le garçon finit par ouvrir un oeuil. Tout tournait, voltigeait même autour de lui, dans un grand mouvement de roulis qui lui donnait envie de vomir. Il lui fallut une longue minute pour réaliser qu'il gisait ligoté dans la partie arrière d'une camionnette puis pour se remmémorer petit à petit sa tragique soirée.

 

 

 

 

 

 

            Il revoyait la salle encombrée, le réduit où il moisit de longues heures durant, puis ... Solange, vivante et caressante. Il sursauta en se réveillant pour de bon cette fois et se mit en quète de sa compagne. Elle était étedndue à environ cinquante centimètres de lui ; encore toute engourdie, elle gémissait doucement.

 

 

 

 

 

 

Yvan Balchoy

balchoy@belgacom.net

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article