Catégories

Publié par BALCHOY

Fidélité à ses engagements électoraux ou à la Vérité, à la  justice ? La droite française épaulée par quelques personnalités d'une gauche faisandée juge inéluctable la réalisation de tous les engagements de Sarkosy au nom du respect des électeurs de la droite comme si tous ses électeurs avaient souscrits à chaque chapitre du credo libéral de Sarko et aussi comme si les 17 millions de français sans oublier c eux qui n'ont pas vôter n'avaient plus rien à dire. 

Je ne vois pas en quoi consiste l'ouverture dont il nous gargarise si son programme est figé comme la Bible ou le Coran et que tout fidèle doit y adhérer comme un dogme de foi même s'il lèse gravement la justice ou les trois vertus cardinales de la République, liberté, égalité, fraternité.

Ainsi en est-il par exemple de cet amendement concernant la prise en compte ou non de la CSG ou du RDS dans le scadaleux bouclier fiscal adopté même par une partie de l'UMP. Mais Coppée, ce ministre  beau parleur mais piètre acteur social qui comprenait l'incivilité des riches se soustrayant à l'impôt et à la solidarité nationale a aussitôt annoncé qu'en scéance plénière cet amendement , sans lequel le bouclier serait ramené à 39 % des revenus, serait rejeté" parce que sans doute trop juste pour les gredins qui gouvernent la France.

Je suis beaucoup moins sûr que le nouveau grand vizir de la France que tous ceux qui ont voté pour lui ont accepté et désirent la réalisation de chaque point de son programme.

Le petit gesticulateur, ce napoléon en réduction,  manifestement est convaincu de détenir en son programme toute la vérité pour la France de demain.

Il n'arrête pas de décider "ex cathedra" un peu comme un pape civil doué d'une infaillibilité qui malheureusement repose souvent comme un mauvais copinage entre riches et une dureté dangereuse parfois pour les plus faibles.(Pas de coup de pouce pour le SMIC, c'est bien sûr incompatibles aux millions accordés à la clique des Pinault, Lagardère et Cie qui ont tant dépenser pour favoriser son élection !!)  

Ainsi en refusant dans le contexte pourtant de prisons nettement surchargées au point que la vie y est souvent inhumaine, il refuse d'utiliser son droit de grâce vis à vis des prisonnier à l'occasion du 14 juillet au risque de provoquer des émeutes dont patiront non seulement les prisonniers mais aussi leurs gardiens.

S'il agissait ainsi après avoir assaini les prisons, on le comprendrait peut-être, mais cet assainissemment remis à des demains incertains les prisonniers continueront à mener une existence bien souvent sous-humaine qui constitue à mes yeux un crime social dont sont complices depuis belle lurette tous les ministres de la justice. Ce n'est pas parce qu'un homme a commis un crime que la société qui a le droit et le devoir de le punir selon ses actes a en même temps  le droit de violer à son égard les droit de l'homme et du citoyen.

Quand on connait le genre de vie de beaucoup de prisonniers, vouloir envoyer en prison des jeunes de 16 à 18 ans c'est les exposer à des sévices sexuels qui non seulement ne sont pas rares en cellule mais qui le plus souvent ne sont pas punis malgré leur gravité.

La nouvelle Ministre de la justice dont le chef de cabinet vient de se séparer exaspéré a-t-il dit d'abord par les injures suivies puis après sans doute menaces reçues, suite à un problème de "compatibilité"  d'humeur voir  du besoin de se marier ! !, m'apparaît de plus en plus comme un perroquet docile dont l'excellence est de répéter les paroles "de son Maître". Ainsi je suis convaincu que si Sarkosy avait choisi la voie de la grâce elle, et avec elle l'UMP, immense troupeau docile et abatardi, la justifierait devant tout micro avec la même ferveur qu'elle rejette aujourd'hui toute idée de grâce collective. 

L'entêtement aveugle du chef de l'Etat  conduira la pays tôt ou tard à des situations absurdes comme le CPE et quand la rue, le peuple de France se dressera contre le pouvoir établi, Sarko devra choisir ou bien se fier à son infaillibilité prétendue ou comme le dernier gouvernement de Chirac l'a fait reconnaître humblement son erreur et en venir à une vraie ouverture celle où on accepte de soumettre ses propres vérités et convictions au jugement des autres non dans un esprit démissionnaire mais dans une confrontation d'idées loyale .

Le jour où Sarko révisera sa conception du dialogue avec l'opposition et le petit peuple qui souffre ce jour là sera sans doute un grand Jour pour la France et le bonheur de l'ensemble des français.

En attendant ce jour, qui hélas, je le pense n'est pas pour demain, un chef d'état qui à ce point favorise ses copins riches d'abord et les amis de son frère au Médef pour ensuite faire payer par tous les français y compris les plus aibles, es plus fragiles ses cadeaux dispendieux d'aujourd'hui, ce chef d'état, tant pis pour le mot, je le garde, c'est bien un voyou social à l'Elysée. A lui de changer radicalement de cap de gouvernement et je serai heureux de changer de vocabulaire !

Yvan Balchoy

 balchoy@belgacom.net

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article