Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

Ce matin l’émission « Interception » intéressante comme toujours parle du destin des Maliens expulsés par la France.

Je ne vous raconterai pas l’émission qui détaillait la nouvelle vie des expulsés dans un pays que parfois ils ne connaissaient pour ainsi dire pas du tout.

Parmi les exemples analysés j’ai été frappé, scandalisé par deux cas, celui d’un Malien expulsé après quinze ans en France, celui aussi d’un autre malien de 19 ans je crois qui était arrivé en France à deux ans. Il arrive donc dans un pays qu’il ne connaît pas et laisse toutes ses attaches en France. Si j'ai bien compris ses parents ayant des papiers sont autorisés à vivre en France.

Je rappelle que les Français ont autrefois envahi le Mali que les Maliens y étaient traité comme des domestiques dans leur propre pays que les Français y avaient tous les pouvoir et que bien entendu les français ne demandaient pas une autorité de séjour aux Français. A cette époque les patriotes qui luttaient à juste titre pour l’indépendance de leur pays étaient emprisonnés et parfois assassinés par une justice coloniale souvent  pourrie.

Ces deux expulsions racontées ce matin sur France Inter ne sont pas seulement scandaleuses, je les trouve criminelles. Je ne veux pas juger ici les personnes qui sont responsables de cette expulsion mais leurs actes. Les policiers qui sont le dernier maillions de cette expulsions sont surtout responsables de la manière humaine ou non de réaliser cette triste mission. Evidemment si pour arriver à leur fin ils scotchent une personne jusqu’à – c’est arrivé au moins une fois j’en ai déjà parlé – parfois provoquer la mort de la personne à expulser il s’agit d’un acte criminel qui mérite bien entendu une peine beaucoup plus lourde que les six mois avec sursis que leur a infligé un juge indigne.

Mais les vrais responsables de cette expulsions ignominieuses sont ceux qui sont à l’origine de cette politique qui rejettent une personne dont le pays est devenu réellement la France depuis si longtemps .Pour moi de tels actes de rejets constituent une atteinte caractérisée aux droits de l’homme.

Un homme politique ne doit pas être jugé sur ses paroles mais sur ses actes. Sarkosy et sa clique dont le ministre de l’ignoble ministère des expulsions (son vrai nom pour moi) sont les premiers responsables des brutalités qui encadrent souvent ces rejets qui sont un peu l’équivalent politique du rejet d’un fichier informatique qu’on met à la poubelle. En Belgique une expulsion s’est terminée par la mort d’une jeune fille et le ministre de l’intérieur a démissionné. C’est tout à son honneur comme le fait que Sarkosy ne l’a pas fait est tout à fait à son déshonneur car il n’assume pas ce qui est pourtant la conséquence ultime des consignes qu’il adresse à la police des frontières.

Oui quand on écoute Sarkosy on peut être séduit par la beauté des mots, les bonnes intentions affichées mais quand on creuse son passé et ses actes on s’aperçoit que ce monsieur est tout sauf tolérant, qu’il est imbu de lui-même comme c’est pas possible et que doué d’une force persuasive très forte, il convainc aisément un peu à mon avis comme il y a soixante ans d’autres hommes politiques ont convaincu leur peuple de les suivre presqu’aveuglément.

On sait comme cette histoire s’est terminée et j’ai peur pour le France dans quelques semaines, quelques mois, quelques années.

Même quand cet homme pratique une politique d’ouverture en dévoyant des gens de valeur par exemple de la gauche : ainsi j’ai bien peur que ce dévoiement  ne se révèle à la longue être plus une perversion qu’une conversion. J’aimerais que la fondatrice de « Ni putes ni soumises » assiste quand elle le veut aux expulsions de ses frères sans papier. Il faudra bien qu’elle choisisse rester solidaire de Sarkosy et fouler ainsi aux pieds les droits de l’homme, surtout des plus pauvres ou bien qu’elle reprenne son indépendance. J’ai envie de tenir le même langage à celui qui, à mon avis, a trahi peut-être de bonne foi l’idéal de l’Abbé Pierre. Quand je pense à la politique sociale du petit gesticulateur je pense souvent au livre de Job ou au festin parabolique les riches sont servis généreusement tandis qu’on laisse les pauvres s’alimenter des miettes qui tombent de la table.

Au terme de cette réflexion je ne nie pas qu’il soit parfois nécessaire de renvoyer chez eux des étrangers arrivant illégalement en France mais pas après 15 ans mais pas si toute leur vie s’est joue dans l’hexagone. Et s’il faut parfois renvoyer, il faut le faire humainement. La  fin ne justifie pas des moyens inhumains.

Quand je pense que des femmes et des hommes, à cause de lois qui interdisent la libre circulation des personnes alors qu’elles organisent la criminelle libre circulation du fric qui met le monde à feu et à sang, quand je pense à ces malheureux qui arrivent pour certains morts pour certains mourants sur les plages d’Espagne ou de Grèce et qui ne font pas cela par caprice mais parce que dans leur pays ils ne peuvent pas vivre décemment en particulier suite aux lois du Capitalisme qui construit la richesse des pays riches sur l’exploitation des pays pauvres, alors je me dis que moralement ces personnes ont acquis en risquant t ainsi leur vie à partager notre vie.

Je ne crois pas que le nationalisme si valable soit-il doit passer avant l’appartenance de tous les hommes de partout à l’humanité. Quand une femme ou un homme a risqué sa vie pour survivre, je crois qu’il a sa place parmi nous. Voilà pourquoi je trouve criminels les deux expulsions dont j’ai parlées au début de cet article et du même coup les politiques qui en sont à l’origine.

Oui, c’est vrai le jour où l’Afrique aidée d’abord se tirera d’affaire, le jour où une plus grande justice règnera entre les différentes nations vous le verrez l’immigration se tarira et sans doute la plupart des Africains qui viendront nous visiter le feront par tourisme.

Je sais bien que le ministre français des expulsions parle du juste développement de l’Afrique par exemple, mais ce n’est pas avec une coopération homéopathique comme elle est pratiquée actuellement y compris par la droite française qu’on y arrivera. Alors, Monsieur Sarkosy avant d’expulser, aidez et partagez ! Chiche !

 

Yvan Balchoy

balchoy@belgacom.net

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article