Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

Je doute que Monsieur Obama, plus préoccupé chaque semaine de trouver avec ses criminels associés quel adversaire, bandit ou patriote, tuer lâchement dans un pays étranger, sans jugement, sans être certain non plus de ne tuer que des présumés coupables au sens capitaliste du mot, s'étendra sur ce triste anniversaire qui envoya en un instant des centaine de milliers  de victimes dont une très grande majorité de civils, hommes, femmes et enfants innocent de vie à trépas à Hiroshima et Nagasaki.

Un crime peut se réparer par un acte de justice suivi  éventuellement par une peine mais sans justice  la vengeance n'est plus qu'un autre crime souvent aussi sordide que le premier.

 

Pour moi cette première vraie utilisation de la force nucléaire, au lieu de servir au bien de l'humanité, a été utilisée contre des êtres humains à titre expérimental par un président qui méritait la même corde que beaucoup de ses vaincus même si pour ma part, hostile à cette peine barbare, j'eusse préféré pour ces grands nazis et ce président américain immoral une peine de prison à vie méritée par tant de vies sacrifiées.

 

Je suis convaincu qu'une expérimentation au large du Japon d'une bombe atomique aurait convaincu l'empire nippon déjà presqu'à genou de capituler. Non, il fallait massacrer (il n'y a pas d'autre mot) ces pauvres gens pour affirmer sa force et, je l'ajoute, sa sauvagerie même si on la justifie parce qu'accomplie pour une  "bonne cause."

 

Non Hiroshima et Nagasaki font partie  des jours les plus sombres de l'histoire de l'humanité. Ne comptez pas sur moi pour hiérarchiser les génocides nazis ou des indiens d'Amériques, les camps de concentration où qu'ils furent et pire ceux d'extermionation mais rien ne me fera changer d'avis :

L'usage de la Bombe atomique contre des populations civiles est un crime sauvage et honteux pour le peuple qui l'a perpétré.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article