Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

Sarkosy a gagné démocratiquement.

Si je continue à émettre des réserves sur sa sincérité qui a pu tromper c ertains électeurs, si j'estime qu'il y a eu une dérive indiscutables des instituts de sondage qui d'instruments de mesure deviennent peu à peu instruments de séduction sinon de pression ce qui ne peut en aucun cas être leur vocation, il est indiscutable que Sarkosy est le président légitime des Français.

Mon hostilité à son programme que je trouve dangereux et fascisant reste entière, à lui de me prouver que j'ai tort mais ça ne pourrait se faire qu'au détriment de son programme. Tant mieux si tel est l'avenir qu'il nous réserve.

Deux choses me frappent et me rassurent un peu. Entre le premier et le deuxième tour Sarkosy a progressé de 31 à 53 % soit 22%. Ségolène est passée de 26 à 47% soit un progrès de 21%. C'est dire que ce deuxième tour en un sens est peut-être un progrès par rapport au premier tour.

Deuxième remarque : en regardant la carte de France des départements qui ont voté Sarkosy et qui ont voté Ségolène il me semble aussi quand je compare cette carte à celle du premier tour que Ségolène l'a emporté dans une petite moitié géographique du pays et cela augure pas mal des prochaines législatives qui j'espère seront les plus ouvertes possibles .

 

J'ai été très déçu de l'attitude de certains des "éléphants" du PS ; heureusement l'attitude positive, presque joyeuse et confiante malgré la défaite des jeunes autour de Ségolène augure mieux de l'avenir. Je persiste à penser que ce n'est pas en se coupant des partis vraiment à gauche que le parti socialiste se sauvera. L'ouverture que Kouchner préconise vers le centre ne me satisfait pas, en tout cas elle n'est pas suffisante. Je continue à penser que des militants comme Besansnot sont bien plus porteurs d'espoir pour le peuple des petits, des sans grade que ceux qui veulent diluer la gauche dans un flou partagé entre l'acceptation de la mondialisation et la méfiance vis à vis des destructions sociales qu'elle opère dans nos pays.

 

 

Yvan Balchoy

balchoy@belgacom.net

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article