Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

 

Ce soir, à la TV Belge qui déjoue les interdits français concernant les sondages à la veille des élections un des « papes » des instituts de sondage, Mr Cayrol, a clairement réaffirmé que les carottes sont cuites et que Ségolène Royal n’a pour ainsi dire aucune chance de devenir Présidente de la République. A quoi bon faire voter les gens dès lors ?

Indéniablement la part que jouent les instituts de sondage dans  les semaines qui précèdent les élections est croissante. Cette fois-ci un institut n’a pas hésité à en faire un et à le publier quotidiennement.

Nous savons tous que ces sondages coutent très cher et dans leur très grande majorité sont commandés et financés par les mêmes puissances financières qui  contrôlent déjà 90% des Media, eux aussi de plus en plus envahissant.

Il y a quelques mois on nous a expliqué à la TV comment se faisaient les sondages qui prétendent à partir d’un millier de personnes censées représenter correctement la pluri diversité française on veut extrapoler la vote de la totalité ce cette population à 2 ou 3% près. En fait le sondage donne des chiffres qu’on peut appeler « bruts » que chaque institut interprète avec ses règles à lui pour obtenir les données qu’il va publier. Un exemple : on prétend  à tort ou à raison que les électeurs du Front National répugnent à se reconnaître comme tel ; l’institut va donc augmenter le pourcentage brut obtenu par ce parti pour obtenir une valeur qu’il croit plus réaliste. Ce travail, est nécessaire et inévitable. Mais qui peut nous garantir qu’il est toujours accompli au seul service de la vérité recherchée et que par exemple jamais les chiffres d’un candidat ne sont peu ou prou modifiés pour les rendre plus proches de tel ou tel mouvement surtout si ce mouvement finance le dit sondage.

Vous me direz que fausser un thermomètre ne fait pas tomber la fièvre ou ne la provoque pas réellement. Pas si sûr que cela quand il s’agit de joutes électorales.

Un bon principe pour se rendre compte de l’effet de certaines distorsions est la preuve par l’absurde.

Imaginons un institut de sondage qui n’hésite pas à multiplier par trois l’espérance de votes des électeurs du parti qui l’a financé au détriment de ses adversaires et qui s’y tient des semaines durant.

J’imagine que parmi les électeurs certains risquent de se décourager d’opter pour un candidat si mal noté tandis que d’autres peuvent en revanche penser que leur vote n’est plus nécessaire tant la victoire annoncée de leur candidat est quasi certaine ou bien entendu à cause de l'étendue d'une défaite annoncée.

Bien entendu je ne prétends pas que l’avance de Mr Sarkosy dans les sondages est due exclusivement aux sondages mais il ne m’étonnerait nullement que ces sondages donnent plus d’ampleur aux mouvements en plus ou en moins qui affectent un candidat.

Il est évident que les opinions de chaque candidat sont sans doute davantage déterminantes dans le choix de l’électeur.

La position si droitiste du patron de l'UMP ne peut que plaire à la majorité de la droite française actuellement surreprésentée dans la population.

De plus dans cette élection Mr Sarkozy s’est plus d’une fois moquée du « grand écart »de Ségolène écartelée entre l’extrême gauche et l’ouverture aux électeurs de Mr Bayrou.

 C’est oublier le siens de grand écart qui prétend rassembler les « idéaux »de Jaurès et Blum et celui de Le Pen.  Il ya peut-être une certaine difficulté à vivre le grand écart de Ségolène mais celui de Sarkosy me paraît lui impossible et donc tout mensonger.

Je sais que d’aucuns  considèrent que l’extrême droite et l’extrême gauche, c’est la même chose, que Sartre et les tortionnaires d’Algérie c’est le même excès. Bien entendu je trouve cette assimilation répugnante comme le parti de Le Pen et blasphématoire pour les héros que furent le plus souvent l’extrême gauche pendant la guerre et la fin des périodes coloniales.

Quand Sarkozy se dit disciple de Jaurès et de Blum  à partir de certaines phrases de celui-ci, pense-t-il  un seul instant sincèrement que sa politique vis-à-vis du droit de grève et de la fiscalité aurait plu à ces deux grands hommes politiques de gauche ?  Je ne le pense pas mais je crois que ce mensonge a joué parfois en sa faveur, certains électeurs de gauche pensant sincèrement que le patron de l’UMP séduit par par deux hommes incarnant la Gauche  serait vraiment l’homme du rassemblement des riches et des pauvres et surtout de tous les français.

 

Je ne veux donc pas attribuer aux instituts de sondages des pouvoirs qu’ils n’ont peut-être pas mais même si leur influence se limitait à faire glisser l’élection cette fois vers Sarkosy d’un ou de deux %, je trouve que c’est inadmissible et antirépublicain.

La loi avait pressenti ce danger en  cantonnant les sondages dans certaines limites qu’internet aujourd’hui et les pays étrangers débordent de toutes parts.

Je pense que si on n’y prend pas garde, par le biais des sondages peu à peu, les milieux financiers reprendront une part importante de la force du suffrage universel pour lequel le peuple a parfois versé tant de sang.

Il faudrait je pense renforcer les lois actuelles en interdisant non seulement la publication des sondages mais leur réalisation dans les dernières semaines qui précèdent l’élection.

De plus chaque parti devrait avoir le droit et les moyens d’organiser un sondage totalement indépendant des puissances financières qui contrôlent les Media.

De toute façon, il faut diminuer le nombre des sondages et en faire contrôler par un organisme indépendant tous leurs chiffres de A à Z pour éviter toute dérive.

 

Hier soir, sur la Trois, dernière émission de Ségolène Royal, j’ai été très choqué » de la manière brutale avec laquelle les deux journalistes une femme et un homme interrompaient Ségolène et aussi par l’orientation que j’ai trouvé très à droite des questions  souvent critiques et négatives sur le programme de la leader socialiste. Peut-être voulaient inconsciemment venger leur deux confrères du débat télévisé réduits c’est vrai à l’état de potiche par une femme décidée et pugnace comme elle en avait le droit et le devoir.

 

 

 

Yvan Balchoy

balchoy@belgacom.net

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article