Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

 

Petit à petit, au fil des semaines de campagnes électorales, les opinions et la stature des différents candidats s'affinent et les menaces qui pèsent sur la France démocratique se précisent.

Hier soir, profitant du dernier jour d'une d'une moindre comptabilisation électorale, la Trois nous a "offert" sur instruction sans doute "non gouvernementale" plus de trois heures de Sarkosy. Pour une émission qui s'appelait "express" il y a de quoi s'étonner !

 Des interlocuteurs sensés portés une certaine contradiction étaient opposés au toujours ministre de l'intérieur" mais à part Cohn-Bendith, mordant comme toujours et poussant le leader de l'UMP dans les cordes à lui enlever son sourire auto-satisfait, la critique fut mièvre et parfois complice; je ne 

 Qu'il s'agisse du rôle plus que suspect qu'a joué la police française sur instructions de son ministre préféré dans l'arrestation d'un homme condamné par contumace à la prison à vie sur aveux très intéressé d'un repenti et qui, s'il revient sur le sol italien, devrait purger sa peine sans nouveau procès malgré ses dénégations farouches depuis toujours de sa culpabilité. Sarkosy parle d'une Italie démocratique pour se justifier mais si Rome est globalement telle, cela ne justifie pas pour autant une juridiction aussi peu attentive aux droits de la défense. Quant à la parole donnée par le Président Mitterand concernant la protection des anciens révolutionnaires ayant renoncé à la violence, Sarko s'en fout.Ce n'est qu'un chiffou de papier. Tout est bon pour déforcer la gauche.

 Preuve est encore faite que le copieur de Le Pen est prêt à tout, même à de potentielles injustices, pour embarrasser ses adversaires. A l'écouter pérorer sur l'autoritarisme, à toutes les mesures discriminatoires qu'il prendra contre les petits, contre les faibles, contre les étrangers sans papier qui sont bien moins délinquants que lui, ( je rappelle travail forcé pour les RMIstes, chasse des sans-papier jusqu'à la porte des écoles, mise en cause du droit à la santé, à l'éducation des "irréguliers", expulsion plus que musclée avec des accidents allant jusque la mort sans sanctions sérieuses etc. etc.) on ne peut que s'inquiéter de son éventuelle 

 Oui, la démocratie est toujours fragile, en confiant les clés de l'Etat à un intriguant grossier et violent, atlantiste et partisan résolu de l'état sioniste de surcroît, soumis aux pressions de grand capital, n'hésitant pas à violer les lois républicaines concernant par exemple le loi sur les logements sociaux en sa commune,impitoyable pour les sans papiers et des laisser-pour compte du capitalisme, son idéologie de prédilection,le risque est grand devoir peu à peu se diluer les libertés fondamentales de l'état qui représente si bien les droits de l'homme dans notre humanité si souvent bafouée.

Ce matin un sondage inquiétant à mes yeux pour la France démocratique puisqu'il augmente l'avance du boss de l'UMP, a cependant un aspect réconfortant puisque le leader centriste Bayrou battrait, parait-il, Sarkosy au second tour. C'est sûr je préférerais sans enthousiasme Ségolène ou Bayrou à la droite nationaliste et si par malheur le choix se jouait entre Sarkosy et le Pen, l'expérience fâcheuse de 2002-2007 me ferait beaucoup réfléchir; convaincu qu'en aucun cas le vieux national fasciste ne risque de l'emporter et que par ailleurs, contrairement à Chirac, Sarko, qui n'hésite pas à copier le front national, pour emporter par ruse des voix, serait lui aussi un malheur pour le peuple des petits, le peuple d'en bas, je crois bien que je m'abstiendrais tristement, me refusant à donner ma voix à un voyou imposteur, à mes yeux, de la démocratie et de la république.

 

Yvan Balchoy

balchoy@belgacom.net

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article