Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

Aujourd'hui j'ai envie de positiver. En rentrant de Bruxelles en train, j'ai lu le dernier numéro de Solidaire, hebdomadaire du Parti du Travail de Belgique (PTB). Avec ce journal, on n'est pas du côté du plus fort, du plus riche, du plus menteur, on est bien loin des "médiamensonges" si présents dans la prime commerciale. Solidaire est libre vis à vis des puissances financières, il n'est financé par aucune publicité. Je vous conseille son site Internet : www.solidaire.be Et mieux de vous abonner à un prix vraiment démocratique à cet organe de presse vraiment libre. L'article qui m'a non seulement intéressé mais passionné parle d'un réalisateur télé néerlandais de la chaîne NOS, Teun van de Keuken qui, grand amateur de chocolat s'est dénoncé à la Justice pour complicité d'esclavage. S'intéressant au produit de sa gourmandise il a peu à peu découvert que les plantations de fèves de cacao en Afrique occidentale fonctionnaient grâce à des méthodes brutales qui s'apparentent bien plus à l'esclavage qu'à un travail salarié normal. Des travailleurs sont enchaînés et battus s'ils n'atteignent pas les normes prévues. Il est allé voir sur place ces plantations et a découvert qu'on peut y acheter un enfant esclave pour seulement 50 euros. Si en 2001 les multinationales ont signé une convention antiesclavagiste, Teun a découvert que cet accord reste encore le plus souvent lettre morte. Pour forcer la Justice à poursuivre ces multinationales le journaliste s'est accusé de complicité d'esclavage et de recel. Il a même fait venir des témoins africains dont un enfant enlevé de son village pour travailler comme esclave dans les plantations. Bien entendu ce procès a eu un grand retentissement public qui tout à la fois a provoqué la colère des multinationales et la décision de beaucoup d'amateurs de chocolat à réfléchir et à mieux choisir l'objet de leur plaisir. Un représentant de ces multinationales o osé dire au tribunal: "Très bien, appelez ça de l'esclavage, mais ils sont très pauvres, vous savez." Le tribunal, je l'espère, saura distinguer qui est vraiment coupable d'esclavage et de recel dans la courageuse démarche de Teun van de Keuken contre des industriels véreux et exploiteurs de la misère en Afrique. Yvan Balchoy balchoy@belgacom.net
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article