Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par BALCHOY

J'ai vu hier soir "L'immeuble Yacoubian" un film qui partant d'un immeuble prestigieux de la ville du Caire nous dresse un portrait humain et contrasté de la population de cette gigantesque mégapole.Oui, c'est vrai on devine derrière la misère, les difficultés de vivre et de survivre des habitants d'aujourd'hui une certaine splendeur des gens d'hier dont on retrouve le passé dans la charme des pierres et surtout de quelques rares hommes et femmes qui ont gardé un peu de cette tradition de l'Egypte coloniale. La difficulté de vivre son identité personnelle,sexuelle, religieuse (il y a des musulmans occidentalisés, des islamistes, des coptes, des enthousiastes et des dégoûtés de tout, des corrupteurs et des corrompus et dans ce monde bigarré quelques femmes et hommes au cœur pur. Ce film, que j'ai bien aimé m'a non seulement permis de visiter plus humainement que touristiquement cette métropole mais de mieux comprendre l'Islam. Alors que nous occidentaux sommes des êtres un peu saucissonnés ou à tiroirs, une même personne pouvant être le dimanche à la messe pieux et généreux pour une quête en faveur des plus démunis puis fonctionnaire au ministère de l'intérieur le lundi renvoyer sans état d'âme de pauvres gens ligotés et parfois battus dans l'avion du désespoir. En revanche, j'ai eu l'impression que ces dichotomies éthique et religieuses n'existent pour ainsi dire pas chez le croyant musulman qui est tel dans l'entièreté de sa vie ; ainsi, après une discussion intense, deux individus concluent un contrat scélerat mais où chacun tire un peu de profit par une prière qui scelle ainsi un acte pourtant malhonnête, on est croyant dans l'amour et ses caricatures ou illusions, on l'est aussi sur les chemins de l'intégrisme très bien mis à nus, on est croyant à la mosquée comme au bordel et la foi est vraiment immergée dans la vie ce qui est beaucoup plus rare chez nous. Oui ce film est une magnifique rencontre avec une cité, un immeuble et une population si tragiquement si merveillusement humaine. Yvan Balchoy balchoy@belgaom.net
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article